Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Marie Brizard Wine & Spirits, veut vendre ses vins et spiritueux,... | via @lemagMaroc https://t.co/RZLvMN1gE2 https://t.co/6OPOAgMKZY



Zineb El Kadri - publié le Jeudi 29 Mai à 12:03

Christine Daure Serfaty : Une militante entre France et Maroc




Parmi les aimables auteures ayant marqué le XXème siècle, nous avons Christine Daure Serfaty ,veuve d’Abraham Serfaty dont les destinées se lient amèrement au sein d’une prison en 1986.



Christine Daure Serfaty: une véritable militante des années de plomb

Elle a publié maints ouvrages à l’instar de : Tazmamart : une prison de la mort au Maroc, Paris, 1992, Rencontres avec le Maroc, Paris, La Découverte, 1993,La mémoire de l'autre (avec Abraham Serfaty), Paris,1993,puis publié au Maroc aux éditions Tarik, La Mauritanie, Paris, L'Harmattan, 1993. La femme d'Ijoukak, roman, Paris,1997. (Publié au Maroc en 2008 aux éditions Tarik. Lettre du Maroc, préface par Edwy Plenel, Paris, 2000.

En sus, c’est une grande figure du militantisme des droits de l’homme, elle a soutenu avec beaucoup d’abnégation et dévouement son défunt mari Abraham Serfaty qui a été emprisonné de 1974 à 1991 sous les années de plomb au Maroc.

Par ailleurs, Christine Daure Serfaty est connue par sa grande contribution au Livre de Gilles Perrault intitulé : Notre ami le roi.

C’est une œuvre écrite dans un style abordable où Perrault entame l’histoire du Maroc après l’indépendance qui va au-delà des stéréotypes et des regards exotiques qui prônent un Maroc en cartes postales.

Cette femme militante pour les droits humains, née le 12 novembre 1926 et décédée le 28 mai 2014, Elle s’est dévouée aussi dans le domaine de l’enseignement car elle devient professeur d'histoire et géographie et c'est à ce titre qu'elle part enseigner au Maroc en 1962.
En 1986, elle publie, sous le pseudonyme de Claude Ariam, Rencontres avec le Maroc, récit de ses voyages dans le pays ; l'ouvrage sera réédité en 1993 sous son vrai nom.

Elle a été présidente de l'Observatoire international des prisons en 1993.

Son trépas est une grande perte des justes au Maroc et à travers le monde. Elle demeurera une figure emblématique de la résistance et du militantisme des droits de l’Homme au Maroc pour toujours.



               Partager Partager