Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj



Noele Belluard-Blondel - publié le Jeudi 10 Novembre à 20:12

Chili : Des photos pour dénoncer les violences contre une communauté mapuche






Des internautes diffusent et commentent via les réseaux sociaux des photos du déploiement policier dans la communauté Mapuche Wente WinKul Mapu de Chequenco à Ercilla, pour dénoncer des violences policières injustifiées qui s'y sont déroulées.

[Liens en espagnol] Sous le titre “Militarisation du territoire mapuche - Une guerre de faible intensité”, Felipe Durán, photo-reporter de l'Agence UPI et du Syndicat de l'Association des Reporters indépendants, l'ARI, a publié une série de photos qui dénoncent les violences policières à l'encontre de la communauté WenteWinKulMapu de Chequenco, à Ercilla. Felipe les présente ainsi sur Facebook :

Ceci c'est le quotidien… Ces trois derniers jours font partie des  plus violents… Les photos ne donnent à voir que le jour où sont arrivés dans la communauté les carabiniers avec des véhicules blindés, brisant les clôtures des maisons, les barrières  et tout ce qui s'interposait, tirant sur les maisons, les enfants, les femmes… Sans aucune justification… Juste dans le but d'effrayer les gens… Sur les photos on peut juger de la manière dont ils pénètrent dans les propriétés, en tirant à la ronde abondamment… Nous demandons à ce qu'on nous aide à diffuser ces faits et qu'on y porte attention, dans l'attente des autres informations que nous continuerons à envoyer.  Les photos sont libres de droits, comme nous le sommes, alors partagez-les, informez votre entourage, faites preuve de solidarité en les diffusant et continuez de rester informés.

Le blog werkenkvrvf a commenté :

Les hélicoptères de la police survolent nuit et jour les terres de ces communautés. Les Mapuches subissent des contrôles d'identité abusifs, des brimades. Leurs combats sont criminalisés par le gouvernement et  font l'objet de poursuites judiciaires. Leurs actions sont déformées et condamnées par la presse (sauf exceptions rares et honorables) et par les partis politiques au Parlement.

La Fédération Mapuche des Étudiants (la FedFEMAE) a tweeté :

Voici la RÉPRESSION DES MAPUCHES PAR l' ÉTAT CHILIEN …

Ces violences font suite à une nouvelle récupération des territoires ancestraux de la communauté Wente Winkul Mapu, lesquels portent aujourd'hui le nom de Fonds Centenario dans le secteur de Pidima, à Ercilla, dans la région de La Araucanía. Le fonds Centenario appartient à Juan de Dios Fuentes et à des entreprises forestières.  En 2010, cinq membres de la communauté mapuche ont également été condamnés pour “s'être appropriés de façon non violente des terres” .

Ces incidents sont souvent qualifiés de “conflit mapuche“, un phénomène social qui a fait son apparition au Chili avec le retour de la démocratie et qui est une revendication, en tant que peuple mapuche, de leurs droits collectifs. Ils souhaitent, entre autres demandes, récupérer des territoires autochtones perdus depuis le 19ème siècle.

Les médias mapuche azkintuwe et mapuexpress ont diffusé les photos. Nous publions quelques-unes d'entre elles ci-dessous avec l'aimable autorisation de Felipe Durán :

Déploiement policier dans la communauté Wente WinKul Mapu de Chequenco à Ercilla.

 

La police a utilisé des bombes lacrymogènes dans la communauté Mapuche

 

Véhicule de police

 

Policiers dans la communauté WenteWinKulMapu de Chequenco à Ercilla.

 

Ce billet a été écrit par Leyla Noriega et a été publié le 8 novembre 2011 dans le journal “La Opiñón” où celle-ci est rédactrice en chef.


Source : http://fr.globalvoicesonline.org/2011/11/10/87035/...


               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».