Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Afrique: la diplomatie algérienne multiplie les impairs à cause du... | via @lemagMaroc https://t.co/GvkvQIop7S https://t.co/fhLnSnexyU



Ahmed Addou - publié le Mercredi 13 Novembre à 19:40

Chiens perdus sans collier






Chiens perdus sans collier
Ce titre rappelle certainement aux férus de littérature le célèbre roman de l’écrivain français Gilbert Cesbron dans lequel il aborde et analyse le problème de la délinquance et des enfants abandonnés, un sujet qui reste toujours d’actualité.

Cependant, tel n’est pas le but de mon propos. Dans cet article, j’aimerais soulever le problème des chiens errants, un phénomène qui prend des proportions alarmantes.

En effet, l’on assiste ces derniers temps à une prolifération de ces animaux dans tous les quartiers de la ville d’Oujda. Je défie quiconque de m’indiquer un seul quartier où l’on ne risque pas de se trouver nez à nez avec une meute de chiens errants, susceptibles d’être enragés. Or, comme tout le monde le sait, les chiens errants constituent un foyer endémique du virus de la rage qui est transmissible à l’homme aussi bien par morsure que par simple griffure ou léchage d’une peau écorchée.

On ne peut plus mettre un pied dans la rue sans se heurter à des hordes de chiens errants. Ces canidés sèment la panique dans les rues et entravent la liberté de circulation des passants. C’est ainsi que les fidèles qui se rendent à la mosquée pour la prière de l’Aube sont constamment confrontés à des meutes de chiens agressifs et se trouvent contraints de se munir de gourdins pour se défendre face aux attaques répétées et incessantes de ces bêtes canines et carnivores.

En outre, les aboiements nocturnes de ces hordes de chiens constituent une source de nuisance sonore qui perturbe la quiétude et le sommeil des citoyens.

Concernant le problème des chiens errants, la loi stipule ce qui suit : « est considéré comme divaguant, tout chien qui n’est plus sous la surveillance effective de son maître, se trouve hors de portée de celui-ci ou de tout instrument sonore permettant son rappel, ou qui est éloigné de son propriétaire ou de la personne qui en est responsable, d’une distance de plus de cent mètres. Tout chien abandonné, livré à son seul instinct, est considéré comme en état de divagation. »

Autrefois, les services concernés effectuaient de façon régulière des rondes dans tous les quartiers de la ville et procédaient au ramassage de ces bêtes. Actuellement, ces services sont devenus inopérants, voire inexistants.

Ainsi, le problème des chiens errants nécessite une action urgente et un suivi rigoureux.

Appel est lancé aux autorités locales et en particulier aux services d’Hygiène, en vue d’organiser des campagnes de ramassage et d’éradication de ces chiens errants, et ce, dans les plus brefs délais.

AHMED ADDOU
Enseignant à Oujda


Tagué : Ahmed Addou

               Partager Partager


Commentaires