Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Des considérations antisémites sont-elles à l’origine du refus de... | via @lemagMaroc https://t.co/9lydo7jd29 https://t.co/wz3reoxFgh



DR IDRISSI MY AHMED - publié le Lundi 19 Janvier à 18:05

Charlie transgresse et exploite la France et Mahomet






Tu as raison, Henri. Mais où tangue l'esprit gaulois ?

2015, est l’année universelle de la révolution charlienne. On y aura vu Charlie se fendre d’un hommage de caricature au prophète, qui leur pardonne, sur la 1ère de l’hebdo reverdi pour le tirer à 7 millions d’exemplaires ! Des marches millionnaires, des réunions au sommet se multiplient pour combler la France, meurtrie et sécuriser l’Europe.

Tu as raison, Henri. Mais où tangue l'esprit gaulois ?
L’insolence est une maladie addictive, qui comme le sport, invite aux défis et aux dépassements. N’est-ce pas grotesque de doter de deux appareils vénériens la face de cette créature burlesque ? Un autre défi qui offense le quart de l’humanité et qui se moque de leur sacrosaint prophète. Quelle en est la valeur immatérielle ou culturelle ? Quel est le but de cette bravade ? Où peut-elle conduire ? L’union des français autour d’une identité particulière ? Faire grimper le président dans les sondages ? Une satisfaction quand même, lorsqu’on a vu Luz, le caricaturiste, pencher sa joue dessus pour y verser des larmes.

Le clash des zombies. Au moins on aura vécu, cette marche superbe de la France, refuge des libertés, et leader du monde laïc. La France fourmille de prosélytes de divers cultes. Ceux qui opèrent face à face, fourbes ou sournois, à travers les journaux et leurs médias, et ceux masqués, fanatisés, issus des ghettos ségrégationnistes, extrêmes et des abords des crimes.
Sous de faux semblants et de réels moyens, entre la sédition virulente, la provoc sectaire et le blasphème, le ‘’charb-ismatique’’ Stéphane Charbonnier était le dessinateur de Charlie Hebdo.
Dopé de par sa frénésie de génie, sous ses airs et sa couverture d’athée ou de laïc, il creusait le lit et les berges du fleuve des libertés médiatiques. Il a su user du crayon et du papier pérennes face au feu abruti et aux menaces brutales des kalachnikovs ! Il allait en équipe emporter en martyrs les siens, ce 7 janvier, sous le déluge des balles islamistes.

La bataille de Paris . '' Deux lascars, '' ? , devenus les kamikazes de leurs propres concitoyens en la république, firent les événements du monde de ce 11 janvier 2015. Par delà la mort, Charlie et la France, devenaient superbes. Admirables, une leçon pour l’univers et les pays en déconfiture ! Malgré la frilosité, malgré les absences notables des peuples fâchés, malgré les retenues de certains chefs d’états et malgré les marches contraires.
'' Discriminations, exclusion ghettos d’où naissent les rancœurs et la criminalité, '' voire les radicalismes, de surface ou d’apparence, face au mépris et la humiliation. ..Que penser et comment penser ?
Les révoltes suscitées de partout dans le monde, reprochent à Charlie Revived et à la France de reproduire avec plus d’insolence et de panache, encore des dessins, 7 millions de l’Hebdo iconoclastes et de moquer le prophète Mahomet de l’Islam.

Pour qui roule-t-il , l’Hebdo ? Seulement le blasphème porteur et sa raison d’être subissent la récupération et l’amalgame religieux ou sioniste et enfonce le Journal de Charb dans la diatribe mortelle de l’islamisme politisé radical et de ses tenants-droits.
Le journal versant dans l’apologie subliminale, persévérant et tenace, avec sa verve et sa morgue, sa morve discriminatoire, œuvre comme une cinquième colonne du sionisme israélien. Est-ce que Charlie versait, sans aide indirecte compensatoire de son commanditaire ? Avec sa cette suffisance et cet esprit déluré, avec ou sans le secours d’Israël ou pour Israël, Charlie en s’impliquait dans une guerre coloniale doublée d’une guerre de religion.
La Palestine et les sensibilités qui la supportent, au nom de l’éthique et de l’équité, au nom du droit des peuples et de leurs terres à ne pas être colonisées, au nom de la fraternité religieuse en l’Islam.
Les faux semblants laïcs et désuets de Charlie sont décodés. Comment vont-ils combattre un journal, à la langue simple et perverse, qui se refugie derrière les valeurs certaines de la république ? Le journal, au nom de la caricature comme art et comme libertés, à travers les caricatures, répétées sur le prophète, se moque des gens qui n’ont que cette religion comme ancrage ou comme volonté de la vivre. Quand on connait les conditions malheureuses de la majorité des musulmans, dans la pluparts des pays qui sont les-leurs, on peut parler de bataille, à armes inégale. D’ailleurs chez ces gens-là, on n’achète pas le journal, on n’en entend que les vents !

L’avenir . Car il pète trop, car qu’il pète du soufre. Et comme ces bombes au phosphore, ça brûle violemment. Charlie Hebdo risque de capitaliser, de cristalliser la haine autour de lui. Hormis ce sujet, il ne mérite pas ! Comment s’en passer ? Mais, sou peine de faire faillite et de sombrer, il ne peut se passer, de cette drogue qu’il vend. Maintenant, sa côte de star mondiale est avérée ! Qui plus est, il redore le blason de la république qui augmente en retour sa célébrité. Impossible pour lui de relâcher son amour pour la case islam et de ce que lui rapporte comme pèze le prophète des musulmans.
La marche a été récupérée par les 3 leaders de Sion ! Charlie en oublie la France et les fauteurs du crime, ses horizons s’ouvrent sur Israël, devenue la clef de voûte, l’explication des attaques, du trio des fous ou des malfrats de la république. Et puis le crime, le coup de Paris, sera récupéré par tel ou tel parrain de l’hallucinante intégriste.

Charlie Abdou fait dans l’amalgame. Il entretient la belligérance par la moquerie culturelle. Il s’investit avec ses piques et ses dérisions dans un combat de gladiateurs ! Il alimente par ses lances, ce qu’il croit n’être que des vents sur de donquichottesques moulins. Mais, de l’autre côté, on les sent pour ce qu’elles sont. Ce sont des appels à la violence verbale et au meurtre, qui souillent le champ hyper susceptible du religieux. Pourquoi se battent et se tuent (bêtement) les sunnites et les Chiîtes pour bien moins que ça !
Alors que certains pays tentent de surpasser les atrocités israéliennes et ses guerres ethnocidaires inégales, faites sur les Palestiniens….Alors que des pays arabo-musulmans, parsemés de révoltes, tentent de dépasser les misères et les malheurs militaires que l’Otan anime ou des States font directement et sous couverts de la France au Moyen-Orient. Ils savent et pourquoi ils nuisent à l’équilibre des états musulmans de la région.
Et ce bien que des tendances méditerranéennes œuvrent pour le dialogue des civilisations, ou qui plus est, tel le Maroc qui en appelle à la paix et au dialogue des religions, en s’ouvrant à tous les vents. Des plus modernistes avec leurs investissements, qu’il veut favoriser. Et pas seulement, avec un sens unique de l’hospitalité, de l’amitié et un esprit de tolérance et d’ouverture, sans limite.

Charlie Abdos montre ses muscles Au nom de la liberté d’expression, (de mépris visible, de haine sournois, de perverses exclusions), Charlie Hebdo foule du pied les sacralités musulmanes. Il suscite des répliques à la haine sourde et insidieuse, qu’il base sur l’offense et qu’il enseigne par bravades. Il alimente ses lecteurs de préjugés sacrilèges. Il met en effervescence les sensibilités musulmanes, de partout, pas que des quartiers ratés et ceux des ghettos. Il colporte ses actes liberticides et ses offenses en s’attaquant aux images les plus sacrée de l’islam. Sacrilèges tels des brûlots que l’on vent à l’internationale pour humilier les musulmans de partout. En semant la haine, Charlie pousse les plus impatientes des victimes qu’il interpelle, à tomber dans le piège, il agit bien pour quelque chose, à sombrer dans la terreur reflexe, la plus belliqueuse, la moins sage ! Sa cible ou ses adversaires, sur le plan des hommes et des idées, n’ont pas la plume facile ! Ils n’ont pas le mot pour léger ni la plaisanterie facile.

Charlie est un fait d’armes, Un arme retournée par les lobbies contre la France. D’où tient-il, Charlie, sa santé et sa véhémence ? Il emplit un rôle édificateur des uns, raseur des autres, guerrier d’avant-garde, avec une propension nouvelle à copuler avec Israël ! Avec ses penseurs torrides et ses philosophes hexagonaux, ses loups et leurs hurlements, ces hyènes et leurs rires, leurs rictus sur les chaines et leur rituel chez les médias. Charlie tient bon malgré le drame qui l’a décimé. Charlie a le droit de vivre, sans s’éteindre ni brûler, …mais pas seul ! Il tient à ses démocrates, ses bonnes gens et ses lecteurs niais et aux retombées universelles de ses sémillants propos.
‘’Amalgame réducteur, instrumentalisé, entretenu pour en découdre avec La religion, avec les soi-disant pays de l’Islam, pour obéir aux plans du lobby du Likoud et des néoconservateurs, afin de décomposer les états, encore tenus vigoureux, par leurs chefs et tyrans, ou encore virulents de la région. On comprend que c’est pour dépoussiérer devant, l’empereur Israël, qui éternue dès qu’il sait qu’il a un voisin.
Mais, Charlie va-t-il changer d’option et de cible ? De ton ? Non, jamais, c’est impossible et il ne le faut pas ! Changer de commanditaires, ce serait pour tous, plus heureux ! Que la France d’Astérix et de Hollande couvre dès lors, son sacré journal, et qu’elle le soutienne ! Loin de la manip étoilée, loin des struggles inutiles, loin des fils qui agitent les marionnettes !
La France, avec ses habitants multivalents, en couleur, en odeur et en religion, n’a pas besoin d’une presse qui insulte la sensibilité de 6 millions et plus de ses habitants. Sans compter des animosités malheureuses que cette presse suscite, transfrontières, au sein des pays francophones. Car ceux qui sont de toujours ses fidèles clients, ses fermes et ses mines, ses clients indéboulonnables, ceux qui parlent sa langue, ceux qui font la fortune et la place de la France, ont pour muraille contre le terrorisme cette religion, et qui est leur ciment pour une grande part encore. S’en moquer, fragilise l’estime mutuel, détruit l’amitié, détériore les alliances, les convenances et les accords, s’il ne frappe pas pour détériorer ou détruire leur identité !

Une presse à rictus pareille, du moins sa ligne éditoriale, sa ligne d’inconduite pathologique, telles que dévolues et asservies à une puissance belliciste étrangère est suspecte. La preuve, les 3 plus hautes kippas du lobbie sioniste étaient là, pour faire avancer la marche du dimanche. Hé bien, cette France n’a pas de besoin d’une puissance étrangère, fut-elle bien étoilée ! Un pays étranger qui subjugue ses habitants et les débauche, un pays guerrier qui opère sur ses médias et les manipule, pour lui dicter, à la République gauloise, sa politique.

Entre les libertés et les insultes ! Peut-on rire de tout ? Peut-on rire de tous ? De la Gaule aux Afriques et en Orient, partout, les kamikazes y répondent en s’éclatant, jusqu’aux sangs et à cœur joie, face aux humiliations diverses qui les maltraitent dans leurs fondements. Les musulmans, frustrés et abusés, sont partout pris dans l’étau cynique et culpabilisant du mépris qui les indexe. On les interpelle, on les stigmatise, livrant aux malaises existentiels leurs fondements identitaires. Culpabilisés, ils sont moqués pour leurs différences et leur attachement, mordicus, aux us et aux crédos qui sont les-leurs. La liberté d’insulter les autres est institutionnalisée dans le parangon des libertés et de la démocratie, la France. La liberté d’exploiter ses peurs ataviques et ses souffrances historiques, punit toute tentative de négationnisme, en France ! Le privilège des uns est mis en balance, d’office et de force, face aux interdits des autres ! La fraternité, n’existant pas au sein de la même patrie, il y a trois mots qui lui manquent encore, l’éthique, la tolérance et l’égalité, si ce n’est l’estime ou le simple respect des autres. Le dilemme est ce droit d’exciper de ses libertés, déjà dans le même pays ! Que dire de la pratique de caricaturer le sacré et de transgresser ce que respectent les autres ? Blesser ostentatoirement autrui, alors que la planète est mondialisée et que le Net et les satellites balayent les frontières, à devenir tous des voisins qui se regardent.

Si critiquer est libre, l’insulte est diffamatoire. . Car blasphémer, même pour un athée, c’est manquer d’égards, naturels, en injuriant les mœurs des gens que l’on vilipende dont on insulte les représentations ou les symboles. Par delà les hauteurs des Pyrénées, ce qu’on avait dit de la vérité est valable pour les libertés, selon l’endroit qu’on habite et son évolution. La liberté obéit aux mêmes réserves circonstancielles, envers les autres, existe-t-elle ? On n’a pas besoin de visa ni de passeport pour insulter et agonir ! Car avec les médias de nos jours, ça dépasse les bornes, surtout quand c’est déplacé et même si l’on ne se lève pas de son ordinateur pour attaquer et maudire.
Le défi, la hardiesse de dépasser les interdits, le plaisir fou de surpasser les bornes et de rompre les lignes rouges…La jouissance vertigineuses du rire interdit…L’outrage fait vivre ! Qui plus est, la très juste et limpide Taubira ne dit-elle pas qu’il n’y a pas de tabou, dans la France de Voltaire et de l’irrévérence. Citant Capacité d’indignation des veilleurs de la vigilance sur la démocratie, Morts pour la France morts pour les libertés, fussent-elles vexantes pour les sensibilités offusquées.

Je la cite quand elle parle lors d’une cérémonie vouée à Tignous : « En France, a-t-elle affirmé, il n'y a pas de tabou. On peut tout dessiner, y compris un prophète.» Elle a dit également, comme on peut le voir et l'entendre à la sixième minute de la vidéo ci-dessous: «…Ces tabous nous révèlent les failles de certaines sociétés. Anti-églises en Russie: tabou. Représentation de la mort en Suède: tabou», avant d’ajouter: «Au Maroc, il est plus prudent de ne pas vouloir représenter le roi». »

Oser, braver, ou humilier, pour faire bouger les hommes et leurs idées ? Se moquer pour amuser et amuser, c’est être ! Se moquer donc pour rééduquer. Les classiques optaient pour la comédie en prétendant que, ‘’Castigat ridendo mores’’ ! C'est-à-dire que la comédie châtie, ou corrige les mœurs, en riant.

La religion musulmane, puis la civilisation qui ont a hérité, a beaucoup perdu en déconseillant aux siens de s’adonner à la sculpture, à la peinture et au dessin. Ceci, dès ses primes débuts, afin de ne pas laisser ses adeptes, adorer les représentations de la déité, au lieu du Concept abstrait, lui-même ! Et de voir Dieu, quand on y croit, comme un objet ou une image, fragile, matériellement accessible ou banale.

Tu as raison, Henri, l'esprit gaulois, frondeur à l'intérieur et irrespectueux, mais juste pour s'amuser et gausser, a été dévoyé de sa belle innocence et de sa gratuité. On s’est moqué du Vietnam, de Cuba, des Afghans, de l’Iran, de Saddam, de Ben Laden, de Kaddafi, de Bachar, du Liban, de Daech, des Talibans, de Palestine. A chaque fois mon opinion, telle que formée par les médias, s’est révélée ne pas être la bonne. Et là, le massacre de Charlie et la secousse universelle de la république et de ses amis me laisse circonspect et coit.

Puis, de la comédie à la satire, on a utilisé les médias, faute de cirques romains. Il est mieux et plus aisé de se moquer et de faire glousser le cirque des lecteurs que de tuer dans l’arène, d’honnêtes taureaux par de cruels toréadors. Il était temps de mettre fin à cet héritage bestial et carnassier qui entachait la civilisions hispanique voisine occidentale. Ce comportement barbare et sanguinaire, où les bêtes remplaçaient les esclaves chrétiennes, livrées aux lions ou aux gladiateurs. Oui, il vaut mieux se moquer et médire, et plutôt rire et faire rire, que de tuer pour gagner sa croute ou de s’entretuera, au lieu de s’expliquer.
La presse sarcastique de Charlie Hebdo y a trouvé comme un starter commercial. L’image véhicule l’idée et y fait adhérer les abonnés. Les lecteurs, blagueurs et moqueurs, les admirateurs et les sympathisants, en deviennent les inconditionnels de ces ‘’drogues intellectuelles’’ ! Rigolades grossières, fines, indigestes ou risibles, elles font un tabac et deviennent des drogues dures. Les initiés et les zélateurs avaient leurs apôtres, ils sont morts sur la cène. Ils se sont tués à la tâche. Départ digne des soldats du stylo face aux fascistes et aux tyrans de tous les bords ! Leur mort, par delà le crime abject et bête, a une dimension civilisationnelle, internationale, qui rehausse la place de la France dans le monde. Même morts, ils continueront d’édifier les jeunes et leur intelligence, et d’écrire faute de dessiner le destin de la Frances. La liberté osée, la république, soudain devenue Charlie pour tous !
La presse de caniveau, se parfume des débris collatéraux ! Les journaux, les émissions satellitaires, ont leurs fideles adeptes aussi. L’internet, l’ordinateur, le phone n’ont fait que démontrer la force du phénomène addictif.

Les leaders espiègles, les prophètes du crayon amuseur deviennent des célébrités, les pontes éminents de ces nouveaux cultes ! Leurs collectivités, connectivités fermées et à la fois éclatée, par delà l’Hexagone, sont formées d’adeptes fidèles ! Les fans abonnés deviennent les affidés et les prosélytes des stars et de leurs rites hebdomadaires ! Ils se retrouvent entre pratiquants et entre connaisseurs sectaires, dans leurs ‘’temples’ portatifs, réels mais pas si virtuels que ça !
Leurs gazettes s’arrachent maintenant qu’ils sont morts à prix d’or ! Demain, si une autre religion naissait ou si l’on devait donner à Marianne un visage, au lieu de Bb ce sera le buste de Charb !
Les voyeuristes ont leurs émissions comme les in de la musique de chambre. Ce sont donc des communautés, qui ne jurent que par leur ‘’ça’’ !
Mais, ces délectations sont vite devenues des positions politiques et pire, une sublimation de la moquerie, qui ignore les bornes, parce qu’elle veut justement, par sport et par défi, les dépasser, pour démonter aux autres l’étendue de leur intelligence, d leur optiques, de leur raison, de leurs jugement et de leurs immenses libertés. Ce ne n’est pas de l’insouciance, ce n’est pas de l’indécence, c’est une incandescence. Il fallait aux yeux du monde, perclus dans ses problèmes antinomiques, ses inégalités, ses injustices, ses peurs, sa faim, ses crimes et ses maladies, des champions de ce genre ! Hors catégorie ! Non pas des martyrs, comme ils sont advenus, volens nolens, mais des héros.

On allait sans se rendre compte, caresser la bête à poil, pardon, dans le sens des poils, à gratter. Les gazettes ont exercé un pouvoir politique réel, sans le dire aux bases. D’où tiennent-ils les cordes ou les ressources, ces gribouilleurs politiques ! ? Qui pait pour les pousser à bout et à l’outrance ? Et aux outrages ! A qui cela profite-t-il ? Car, il y a un bénéfice politique, certain ! La preuve, les meurtres, injustes, stupides et barbares, qui ont ressoudé et renforcé la Présidence et la République. Et cette image de la France, de nation avancée d’Europe, avec ses citoyens, sans peur et sans reproches, complètement délurés et libres de tout faire, cette image unique dans le monde a été exaltées par les marches de soutien et de solidarité avec Charlie Hebdo, au point de dire, ou de prétendre, que ceux qui n’ont pas pu marcher, ne sont ni indépendants, ni libres, ni conscients ni évolués ou déterminés, comme des amis ou des alliés encore ! Ou simplement des jaloux !
Seulement, face à cette hypothèse, il y a les autres, qui ont souffert, sans être ni des Charlie ni des comparses ! Mais, des victimes, doublement affectées, et par le meurtre de Charlie et par la montée, grossie et revancharde de la xénophobie, du racisme anti-islam. Ces peuples et ces victimes honnies seront montrées du doigt, châtiés, sans déférences ni raisons. Par bravade avec plus d’amalgames ! Avec en sus, des moqueries sur leurs habitudes, leurs vêtements, leurs rites, leur prophète, mis publiquement dans des situations les plus précaires et les préjugés, les plus honteux.

Cocasses, les fesses en l’air ou le cul étoilé ! Cette plèbe, ces ridicules pacifistes musulmans, réglos et pas islamistes, qui ne lisent point le honteux et grossier canard, ils ont des droits ignorés et des libertés brimés. Car à la sortie, virtuelle, des colons et des protectorats, ils sont soit en guerre civile, soit en guerre sécessionniste ou en guerre froide avec leurs voisins. Qui plus est, ils restent tenus de mains de maîtres, par des tyrans, qu’ils ont laissés aux postes sur leurs anciennes colonies ! Faites un tour en Afrique ! Ces chefs, souvent d’essence ou de choix militaires, sont dévoués aux impérieux diktats des républiques du Nord. Ils sont les gardes-chiourmes de leurs faméliques lions et singes d’Afrique !

Hé bien, ces canaques et ces indigènes, ces autochtones et ces aborigènes, ces apaches, ces ouvriers hypo-smigards du bâtiment, des grosses fermes et des petits champs, s’ils ne périssent dans les boat-peuples, sous les vagues ou sous les dents de leurs tendres requins, faciles à transformer en torches humaines, sous les yeux de leurs petits commerçants ou viles ouvriers, marchands ambulants, , en quête de place au souk, et que les polices municipales pourchassent, à deux doigts de s’enflammer en martyrs, prêts à péter pour faire une révolution, fleurie au œillets. Hé bien, ces créatures dont on se gausse, librement et sans freins ni honte, on les a volontairement blessés dans leurs plus hautes croyances ! Sans leur donner la possibilité d’émettre leur avis ou de se défendre de piètres dérisions et de pareilles humiliations. Ils sont outragés dans leurs concepts les plus respectables et les plus sacrés.
Hé bien ces mal lotis, ces mal aimés en guenilles, cette populace ignare, ces descendants de mineurs, de fantassins et de bachibouzouks, sont ulcérés, meurtris, violés jusqu’à la moelle, dans leurs ultimes refuges et les dernier espoirs de leurs vies. La religion, l’après-vie, leur prophète, Dieu ! Des idées, des balivernes, des ’’idioties’’ que balaient les craquants cracks des dessins islamophobes ! Ces français de nationalités, ont la vie pourrie ! Il en est qui veulent à jamais les apaiser et les en débarrasser. Les exiler et renvoyer de la douce France, ces 6 ou 7 millions, pour ne plus faire partie du bon peuple et les rendre à leurs sources et pénates d’origines !
Cette populace est meurtrie par des romanciers racistes et des essayistes xénophobes. Ces habitants de dernière catégorie, ‘’ces géniteurs de monstres’, sont haïs, publiquement, politiquement. Et chez Charlie, cette plèbe sans protecteurs autres que Mahomet, quand elle y croit, est stipendiée par ces blasphémateurs avérés, irréligieux et iconoclastes de référence, qui se croit tout permis, même en dehors de leurs pays ! Oui, car ils appartiennent à la nation surprotégée et outrancièrement respectée et chérie, doublement aimée par Dieu et par son père Yahvé !
Car, je disais, ils souvent sans culture, analphabètes et sans moyens, pour leur plupart, et ils n’ont sur cette terre, que la religion, qui les calme ou qui les refreine ; ils n’ont que cet espoir en leur prophète caricaturé et leur divinité. Et là, ils sont dévastés par ces sacrilèges, autant que par les guerres, commanditées, qu’on leur fait directement, ou par les extrémistes, issus des frontières de leurs pays ! Des mercenaires, locaux ou importés, hyper-radicalisés. Ces gens qui relèvent dans ce cas du simple Islam, ce petit peuple de bougnoules, hé bien, ils n’ont que de simples espoirs terrestres et se refugient en Dieu.

Et si on a parle de blasphèmes, si l’athéisme ou le credo ne regarde que l’individu, là ils sont attaqués sur leurs pans religieux par une armée de 10 rigolos laïcs ‘’fanatisés’’, le crayon aux poings ! Situation sarcastique ridicule autant que partielle et partiale, inique et inégale. Quels liens y a-t-il entre Le commando meurtrier de Paris et les indigènes analphabètes que l’on estime lésés? Oui, on a fait parler Al Qaeda du Yémen ! Où est la vérité ? C’est la culture des vainqueurs, c’est l’arrogance du sionisme ? C’est la pauvreté en face, les ghettoïsés de Palestine, ces camps que l’on pulvérise et que l’on chauffe au phosphore, pour en réduire périodiquement les résistants et les habitants ? L’islamisme est-il une réponse aux guerroiements de l’Europe ? Sur des frontières qu’elle a créé et laissant instables des frontières, déchirées, entre tribus et nations ! L’islamisme, des natifs d’Europe, celui ou ceux créés par les Américains, développés par les guerres, face aux vainqueurs des pays islamiques, dévolus, dévolus, dévoués, déliquescents ? Est-ce le sionisme, puisqu’il faut l’appeler de son nom ?

Si la presse reste libre en Europe, en France, la force de frappe du 4 ème pouvoir de France, se développe et exulte, grâce au Web, dépassant les frontières outrepassant les siennes ! Ses fais et actes, sont rapportés, et ses feux d’artifices chantés comme des brûlots. Les artificiers du crayon sont chantés comme des athlètes ou des héros ! Leurs premières pages, amusantes pour les leurs, désobligeantes pour ceux qui ne les voient pas font le tour du Net et grossissent par la voix des autres médias. Charlie Hebdo, cautérisé par une précédente attaque, survolté, exulte, s’en fout et se gausse. Si les victimes de ses véhémences espèrent de lui, un répit, une accalmie des ses caricature du prophète, lui, ne peur garder ses réserves, il se lance sans abris, dans la stratosphère et s’accroche à ses défis aussi liberticides de celles des autres ! Ne dit-on pas que la liberté des uns s’arrête là ou commence celle des autres ? Pourtant cette basse sédition ne méritait pas ce si haute et si malheureuse sanction !

On a exacerbé les instincts répulsifs et la xénophobie pour devenir des faits d’arme culturels hyper racistes, en insultant carrément, les crédos des autres ! La diffamation et l’outrance sont devenues un Art. Un art, un arsenal qui rapporte politiquement, par delà les frontières !
Les utilitaires prévoient le drame et les bénéfices politiques en dollars et en drachmes.
Après les races et les couleurs, des nègres, des chinois et des japs, ce furent les juifs, ces dits-assassins du Christ, riches ou pauvres, des millions qui furent grillés, pillés, extrudés d’Europe. Et une fois la paixenues, ces sémites ‘’adsorbés’’ dans le tissu national, après la victoire des alliés sur le nazisme, on s’est livrés et ligués, sur d’autres Sémites ! Les Arabes confondus avec les Musulmans et leurs dérives islamistes !

Amalgames par delà les temps et la raison !
Car ces indélicats d’Arabes ou de bougnoules, ‘’ces sauvages d’islamistes’’, souvent des pauvres ou leurs princes trop riches, sont restés plus jaloux de leurs terres, spoliées ou pas et de leurs impassibles us et crédos.
On remet aux valeurs du jour les Croisades et l’inquisition. On a oublié les guerres entre les reptiles et les autres dinosaures, on oublie la conquête de l’Ouest, les Incas et les indiens, les Noirs et l’esclavage, mais bon, on hait ce qu’on peut ! Les voisins emportent ce mérite ! Alors les adeptes de Mahomet, à la casserole, c’est sur eux que vont se fixer les menus et les haines !

Les raisons des attaques des hommes cultivés de Charlie Hebdo, entre autres brillantissimes dénégateurs, et de leurs puérils dessins et pisseuses caricatures, renaissent des arcanes du passé de l’humanité ! Et pour la cause du lobby on remet ces comportements meurtriers au goût du jour !
On oublie que se moquer est une arme délibérément cruelle et mortelle. Qui accepterait-fut-il un homme de Cro-Magnon, une aliénation de soi, avec une perte de l’estime de soi, une annihilation finale, une aliénation, tant pour sa personne, que sur son Dieu, son prophète et sa religion.

Esprit culturel ou parti-pris cruel ? Sont-ce des dessinateurs français tout court, ou une armée de farfadets ? Des agitateurs, des faiseurs d’opinion, des mercenaires ou des sous-offs, à la solde de Sion, cachés sous la palissade des crayons ?
Un peuple palestinien, une terre, un temple, une mosquée, une civilisation, un milliards et demi de sensibilités et de cœurs, portés une religion, et que l’on pousse à s’entredéchirer ! Tous frappés, sabordés par un dessin minable !
Mais, arriérés ou pas et sous la maitrise des chefs, qu’on leur a suggéré de porter, après leurs relatives ‘’ indépendances’’, ils restent vaincus et quoi. Manifestant peu, malgré leurs désarrois! Et ce sont de extrémistes, dont la majorité se défend, qui apporte nt à ces milliard plus de honte, de culpabilité et de mépris de surcroit !

Chez les gens, comme chez croyants, quelles que soient leurs divinités et leurs patries, se moquer déjà de leurs emblèmes nationalistes, de leur drapeau, est très grave. Mais, pire, aller les humilier publiquement, jusqu’à en réussir un consensus, occidental, républicain, planétaire, intellectuel.
S’acharner sur eux, avec des millions d’exemplaires de cette revue furieuse et injurieuse, après avoir réussi à organiser des marches œcuméniques de cette dimension, quadri millénaire, est une réussite pour la France charlienne et son gouvernement !
C’est, a contrario, la pire des faillites et des défaites des assassins allumeurs de pétards, lanceurs de fusée, ou tireurs du dimanche ! Ce genre de résistance est voué à plus d’inconséquences. C’est au dialogue et au consensus justes, qu’il faut arriver.

Pire qu’avant, le camp arabe et musulman est éclaté. Vaincu par ses partitions historiques et les guerres infâmes qui lui sont imposées, en non-stop, et à chacun des états qui le compose, et ce depuis deux siècles, déjà. Alors versons des larmes un moment et faisons la politique autrement, pour accéder à notre respect, à nos droits et resserrer, dans la paix et la dignité, nos rangs.

Au moment de clore je cite deux larmes. Et quelques réflexions à leurs sensibles propos. Sous la pluie des moussons et les clameurs des catholiques, le Pape à la mitre, François, celui de Rome, en visite aux philippines, lève les mains à Dieu et bénit les millions de fidèles qui sont venus l’acclamer. Il livre au monde qui se déchire des conseils de tolérance et de paix. Oui, les larmes seules des enfants répondent à la question de cette fillette qui lisait sa lettre devant le pape publiâmes. ‘’ Pourquoi Dieu laisse-t-Il les enfants souffrir ?’’ Tous les enfants de Palestine, d’Afrique, d’inde et d’Asie et d’Océanie sont concernés par la réponse.
Une autre larme, celle de Luz, qui a commis l’affiche du dernier Charlie. Une trouvaille passionnelle. En expliquant sur vidéo l’idée de cette première hyper-mondialisée, il était très ému. On eût dit, que sa tête abaissée penchait volontaire sur l’épaule du prophète. Celui du magazine, devenu vert. Puis, quand il a lâché des larmes, ça devait mouiller la joue de la caricature. Le dessin perlait une larme en disant, tout en haut, ‘’ Tout est pardonné’’. Oui, il faut cesser de stigmatiser Charlie et lui pardonner. Jésus, l’aurait fait, en disant avant de s’élever, ‘’ Je suis Charlie !’’



               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 10 Octobre 2016 - 19:04 L'école, écosystème