Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Maroc – Afrique : Emergence d’une diplomatie des contrats: Paris:... | via @lemagMaroc https://t.co/oN902uV2Ce https://t.co/lX1HTSCAPM


AFP - publié le Samedi 10 Janvier à 08:02

Charlie Hebdo: des centaines de participants à un "sit-in de deuil" au Maroc



Rabat - Plusieurs centaines de personnes, bougies à la main, ont participé vendredi soir à Rabat à un "sit-in de deuil et de solidarité" à la suite de l'attaque meurtrière contre le journal Charlie Hebdo, a constaté un journaliste de l'AFP.



L'appel à ce rassemblement, sobre et sans slogan --hormis des pancartes "Je suis Charlie"--, avait été lancé par des personnalités de la société civile, "journalistes, écrivains, artistes, citoyens de tous bords, marocains et vivant au Maroc".

"Nous souhaitions exprimer notre indignation face à l'innommable: s'en prendre à des personnes qui s'expriment par la plume. C'est une ligne infranchissable", a déclaré l'écrivain Driss Ksikes, un des instigateurs de la manifestation.

"Face à l'idéologie de la haine qui grandit de part et d'autre, il faut que les humanistes, les gens rationnels s'unissent", a-t-il ajouté.

Dans une atmosphère de recueillement, de nombreuses bougies ont été déposées sur le sol par les quelque 600 participants.

"Nous sommes là pour exprimer notre solidarité avec la France, avec les victimes et leurs familles. (...) La liberté d'expression ne doit jamais être négociable", a déclaré la vice-présidente de la chambre des députés, Khadija Roussi, également présente, tout comme l'ambassadeur de France, Charles Fries.

Un autre appel à un sit-in a été lancé pour samedi, à Casablanca, la capitale économique.

Les condamnations publiques ont été unanimes au Maroc, dans la classe politique comme dans les médias, à l'image de l'hebdomadaire Tel Quel, qui a publié vendredi une Une entièrement noire avec une citation de "Charb", une des victimes de la tuerie à Charlie Hebdo.

Le roi Mohammed VI a dénoncé un "lâche attentat terroriste" et un "acte haineux".

"L'islam est une religion de paix et non de crime et de vengeance", a ajouté le porte-parole du gouvernement, Mustapha Khalfi, issu du parti islamiste Justice et développement (PJD).

Tout en se félicitant de "la position de la France" qui refuse "l'amalgame entre islam et terrorisme", il a appelé à barrer la route "à ce qui peut nourrir le sentiment d'islamophobie".

Le Maroc compte plus de 1,3 million de ressortissants en France et quatre millions au total en Europe.

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus