Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Rachida Dati : Le Roi Mohammed VI écrit une nouvelle page de l'histoire du continent en... | via @lemagMaroc https://t.co/gFJFDynMFj



MAP - Amal Tazi - publié le Mercredi 19 Novembre à 17:27

Ces femmes qui ont cru en leur rêve et ont réussi




Marrakech - Elles sont Marocaines, saoudienne, américaine, britannique ou zimbabwéenne. Des femmes hors-pair ont partagé leurs parcours couronnés de succès, à l'occasion d'un atelier organisé dans le cadre du 5-ème sommet global de partenariat (GES Marrakech 2014) qui met, mercredi, à l'honneur l'innovation féminine à la veille de son ouverture officielle à Marrakech.



Issues de différents milieux, ces femmes qui ont brillé dans plusieurs domaines, astronomie, finance, agroalimentaire, textile, ont un point commun : Avoir cru en leur rêve et réussi. Des parcours impressionnants qui ont été admirablement applaudis par une assistance émue, composée notamment de jeunes leaders en quête de sources d'inspiration.

C'est la célèbre astronaute marocaine Meriem Chadid qui a ouvert le bal des témoignages. Un optimisme chevillé au corps et une confiance en soi à toute épreuve ont permis à celle qui a implanté le drapeau national pour la première fois dans l'Antarctique, d'aller jusqu'au bout de ses rêves. Armée de détermination et de persévérance, Chadid qui rêvait de cette carrière dès l'âge de 7 ans, contredisant quelque part la volonté de ses parents qui la voyaient médecin ou ingénieur, a su transformer les challenges en opportunités.

Il faut dire que la jeune femme a toujours su que son parcours ne serait pas exempte d'embûches, et c'est son optimisme inégalé qui lui a permis de prendre des décisions difficiles, à commencer par celle de partir à l'étranger, loin des siens, pour poursuivre ses études supérieurs en France, après une maîtrise à Casablanca. Pour son travail de thèse, elle n'a pas hésité d'aller en Haute Province, une destination rarement demandée par les étudiants même de sexe masculin, tellement dissuadés par les conditions d'isolement de l'observatoire.

Cette expérience lui a permis d'inaugurer une étape cruciale de son parcours de scientifique confirmée, celle de la consécration en tant que chef de l'expédition dans les déserts de l'antarctique, où elle a été appelée quatre ans durant (1998-2001) à gérer une équipe 100 pc masculine, dans des conditions extrêmes (basse température, haute altitude).

Lamia Boutaleb est une autre marocaine dont le parcours tout aussi impressionnant a fasciné l'audience. C'est dans le domaine de la finance où cette banquière de formation a pu s'épanouir.

Suivant les pas de son grand-père PDG, un ancien co-fondateur d'une banque commerciale au Maroc, et après une première expérience dans le domaine de la finance, Lamia s'est jointe à des anciens collègues pour créer en 2008 Capital Trust Group, une banque d'investissement dont elle est actuellement la PDG.

Elle a avoué que la crise financière de 2009 a un peu aider le groupe pour recruter ses effectifs, au vu du manque des opportunités d'embauche à l'époque, et récupérer des clients déçus par leurs financiers, mais le succès au final, insiste la jeune banquière, n'aurait pas pu se faire sans "le dynamisme et l'énergie" de l'équipe.

S'adressant aux nombreuses femmes qui veulent suivre son exemple, Lamia leur lance : "Le Maroc est une terre d'opportunités et de possibilités. Il y a une chance pour tout un chacun".

"Yes, we can !", c'est ainsi que l'Américaine Imane Motlak a voulu présenter sa success- story dans le domaine des affaires. Mais pour celle dont le goût de l'argent gagné, alors qu'elle était très jeune, l'a incité d'interrompre momentanément ses études avant de se ressaisir pour avoir un MBA, déconseille à celles qui veulent la prendre pour modèle d'arrêter les études. Car les études, dit-elle, ne sont jamais une perte de temps, au contraire, elles ne peuvent fructifier les affaires.

Autre pays, autre destin. Au Royaume Uni, c'est Shazia Saleem qui a pris son destin en main. La jeune femme musulmane a investi le monde agroalimentaire, particulièrement le marché Halal pour la simple raison qu'elle voulait garantir aux membres de sa communauté l'accès à une nourriture de qualité, aussi diversifiée que celle présente sur le marché. Actuellement, elle peut s'enorgueillir que son groupe Ieatfoods détient des contrats avec trois principaux supermarchés de Grande Bretagne.

Sa clé de réussite : être toujours innovant et à l'écoute du consommateur, tout en s'inscrivant dans une démarche d'éthique et de qualité.

En Arabie Saoudite, c'est le marché du café qui a séduit Lateefa Alwaaln. Pour prospérer dans ce domaine, la fondatrice de Yatooq mise, elle aussi, sur l'innovation notamment sur le plan de commercialisation (moyens de vente, packaging, réseaux sociaux), c'est ce qui a permis à son groupe de passer de la simple phase de startup à celui d'une organisation institutionnelle.

Pour la Zimbabwéenne Barbara Rwodzi, active dans le domaine du textile à travers son groupe BarRue Knitwera qu'elle a créé en capitalisant sur l'apport de femmes défavorisées issues de milieu rural, les femmes sont très intelligentes et pour réussir, il leur suffit de croire en elles-mêmes, vaincre leurs craintes et innover.

Toutes ces femmes courages se disent convaincues que la réussite ne doit pas être l'ultime étape de leur parcours, mais plutôt inspirer d'autres success-stories, d'où leur action en faveur de partage d'expériences.

Pas moins de 3.000 entrepreneurs, des Chefs d'Etat, de hauts responsables gouvernementaux et de jeunes entrepreneurs du monde entier sont réunis à Marrakech, dans le cadre du 5eme GES-2014, un rendez-vous mondial majeur des PME et de l'entreprenariat innovant qui se tient pour la première fois dans un pays arabo-africain.

Placé Sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI sous le thème "Exploiter la puissance de la technologie au service de l'innovation et de l'entrepreneuriat", l'organisation de cette manifestation à Marrakech témoigne du rôle actif que joue le Royaume dans le développement global du continent africain, son leadership dans le soutien de l'entrepreneuriat et de l'intégration des jeunes et des femmes dans le développement humain.


Tagué : Amal Tazi

               Partager Partager