Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - Khalid Abouchoukri - publié le Lundi 21 Juillet à 09:51

Casablanca : L'Mdina Laqdima retrouve son prestige et sa valeur historique



Casablanca - Le cœur historique de Casablanca se donne un coup de jouvence et un nouveau lifting après des années de marginalisation pour renouer avec son passé de porteur de valeur historique et d'âme de la ville, et redevenir cet espace "lieu de mémoire" séculaire vivant et attractif.



Finis le délabrement et l'insouciance dans lesquels s'enfonçait, au fil du temps derrière la muraille, ce berceau de la ville qui, grâce au projet de sa réhabilitation et de sa mise à niveau, rattrape le temps perdu, se réanime en vue de s'intégrer dans son environnement urbain et socio-économique.
 
Ce projet d'envergure, lancé par SM le Roi Mohammed VI, a permis de régler les problèmes de dégradation, de ravage tant de l'homme que de l'usure du temps et de résorber le déficit criant en matière d'équipements publics et d'infrastructures, tombés dans un état de délabrement flagrant, afin d'améliorer les conditions de vie des populations et de restaurer le patrimoine bâti, les édifices historiques de cette partie.
 
Master plan.
 
La tâche était gigantesque avec un réseau d'eau potable dont 70 pc des canalisations en fonte grise présentaient des problèmes de casse, de corrosion et d'eau rouge et environ 86 pc des conduites d'assainissement liquide vieilles de plus de 50 ans dans un état avancé de vétusté. 
 
Ce qui a nécessité le renouvellement total des réseaux assainissement liquide (17.488m linéaires et 3.921 branchements) et eau potable (16.398 m et 3.152 branchements), l'installation de 1.440 points lumineux sur façades et 75 lampadaires sur poteaux, la réfection des voiries (plus de 80.000 m2) en plus de la restauration de la muraille (1.748 m) ainsi que des Bab Marsa et Lebkir.
 
La réalisation était loin d'être une sinécure sur un site de ruelles étroites avec une soixantaine de constructions menaçant ruine et les quatre cinquièmes de logements vieux de plus d'un demi-siècle et surtout un réseau d'assainissement sous les habitations. C'est tout un Master plan lancé pour redorer le blason de la vieille ville et d'offrir une seconde vie à ses bâtiments historiques et patrimoniaux.
 
Pour la transformer en moteur de requalification urbaine et de développement humain avec la remise à niveau des équipements de base, il fallait tout refaire, recréer par des travaux touchant directement au quotidien des populations à travers la modernisation des équipements de proximité sans dénaturer l'existant pour préserver la charge historique et culturelle de Lmdina Laqdima.
 
Réhabilitation à dimension humaine. 
 
Après les infrastructures, la deuxième phase a revêtu une forte dimension humaine notamment pour l'amélioration des conditions de vie des populations et la promotion des secteurs du commerce, de l'artisanat avec restauration de quatre Foundouk dédiés et du tourisme avec une maison d'hôtes et réaménagement de circuits touristiques pour redonner à la Médina son lustre d'antan. 
 
En effet et afin de donner une identité visuelle à chacune des zones du projet tout en permettant une cohérence globale de l'aménagement du site, la réhabilitation a porté sur l'élaboration d'une conception paysagère des espaces verts et des places (Ahmed El Bidaoui, Bousmara et Arsat Zerktouni), la création d'un musée au sein de "Dar Al Ittihad", l'aménagement du jardin et des alentours de la synagogue "Toudghui" et la restauration du mausolée Sidi Allal Al Karouani et de 30 édifices à forte valeur architecturale et patrimoniale.
 
Elle portera aussi sur la poursuite de l'opération de recasement de 911 familles occupant des bâtisses menaçant ruine dans le cadre du programme régional de relogement des ménages résidant dans des habitations menaçant ruine.
 
En ce qui concerne les équipements de proximité, la deuxième phase portera sur la création de nouveaux équipements socio-administratifs et sportifs et la mise à niveau d'établissements de santé et d'enseignement existants.
 
En outre, le périmètre intramuros constituant une base économique importante composée de plus de 7.000 locaux à usage professionnel, de petites unités artisanales spécialisées en plus des marchands ambulants, il a été procédé au réaménagement de 134 locaux commerciaux avec la modernisation des équipements et la formation des commerçants aux techniques de commercialisation et d'hygiène dans le cadre du programme "Rawaj", outre le réaménagement de 47 commerces à la galerie commerciale Bab Lekbir.
 
La promotion de l'action culturelle des jeunes, autre priorité stratégique et composante essentielle du développement durable, a pris, elle aussi, un nouvel élan avec l'inauguration par le Souverain de la Maison de la Culture "Buenaventura", ancienne église espagnole restaurée et qui reprend une seconde vie.
 
Avec une salle d'exposition, une salle de lecture pour personnes à mobilité réduite, une bibliothèque dotée d'un fonds documentaire de 6.492 titres, un espace pour enfants et une salle multimédia, elle vient combler le déficit en la matière dans cette partie de la métropole et répondre aux attentes des jeunes en matière de culture et de loisirs tout comme l'espace de rencontres des générations, un centre multifonction pour jeunes et personnes âgées
 
La création d'un centre d'addictologie et d'une unité de lutte contre la tuberculose est à même d'assurer la prise en charge médicale et sociale des personnes souffrant d'un comportement addictif et d'œuvrer en faveur d'une implication effective des familles et des associations dans les actions de prévention. 
 
Cette réhabilitation, une initiative ambitieuse visant à remédier aux déséquilibres urbains constatés entre les différentes zones de la ville, s'inscrit pleinement dans la stratégie de développement urbain durable. 
 
Partant de ce qui existe intramuros, ce méga chantier permet de créer un espace urbain se référant à l'histoire qu'il a véhiculée à travers le temps, à ce mélange de cultures et d'activités de populations pour vivre son présent dans un cadre de vie idoine n'ayant rien à envier aux autres parties de la métropole et ce, dans l'objectif de se projeter vers l'avenir.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara