Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



Mohammed Mraizika - publié le Samedi 29 Septembre à 00:22

Caricatures et « visages » du Prophète : Cherchez l’erreur




« Quand on a détruit une erreur, il se trouve toujours quelqu’un qui la ressuscite » (Voltaire : dictionnaire philosophique, 1764).
En France, cette manie de ressusciter les « erreurs », les idées haineuses, les stéréotypes surannés et les relents xénophobes, devient visiblement l’apanage de Charlie Hebdo. Malheureusement, cette manie obsessionnelle coûte cher en vies humaines et les dégâts économiques, diplomatiques, culturels et politiques qui en résultent sont inestimables. Passons.



Caricatures et « visages » du Prophète : Cherchez l’erreur
La grandeur du prophète Mohammad (sws) ne se mesure pas à l’aune de ces caricatures, ces écrits et dires diffamants et injurieux qui prolifèrent ici ou ailleurs. 15 siècles d’histoire affirment cette grandeur d’âme et d’esprit et plus d’un milliard et demi d’individus répètent quotidiennement, à travers la planète, le nom du prophète Mohammad (sws) et louent ses vrais « visages » : la droiture, l’honnêteté, la bravoure, la piété, la générosité, la noblesse et le pardon. Il est « une miséricorde envoyé à l’humanité entière » (Coran) sous le signe de la paix et la fraternité.
Et ce ne sont ni des caricaturistes mal inspirés, ni un extrémiste populiste et sa « Fitna » (le député néerlandais Geert Wilders») ou encore l’infect "Innocence des musulmans" (Innocence of Muslims, 2012), de l’islamophobe Sam Bacile (ou Nakoula Basseley Nakoula) et les attaques désobligeantes d’un journal dit satirique, qui ne fait rire personne, qui changeraient quelque chose à cette réalité.

Cette grandeur et ces « visages » bienveillants du Prophète Mohammad (sws), des hommes d’une autre trempe intellectuelle l’ont loué et clamé.
Pour Lamartine (1790- 1869), « Jamais homme n'accomplit en moins de temps une si immense et durable révolution dans le monde. [...] Si la grandeur du dessein, la petitesse des moyens, l'immensité du résultat sont les trois mesures du génie de l'homme, qui osera comparer humainement un grand homme de l'histoire moderne à Mahomet ? »
(Cf. Histoire de la Turquie, éd. Librairie du Constitutionnel, 1854, livre premier, p. 277-280)
Georges Bernard Shaw (1856-1950, dramaturge irlandais, prix Nobel de littérature 1925) apporte ce témoigne éloquent : «…J’ai étudié cet homme merveilleux, et, à mon avis, loin d’être un antéchrist, il doit être appelé le sauveur de l’humanité ».
Ernest Renan (1823-1892) écrit dans ses Études d'histoire religieuse, (Ed. Michel Lévy frères, 1858, p. 248) : « Mahomet nous apparaît comme un homme doux, sensible, fidèle, exempt de haine. Ses affections étaient sincères; son caractère, en général, porté à la bienveillance (…) ».
Goethe (1749-1832) n’hésita pas à affirmer (Divan occidental et oriental, 1819) :
« jusqu’à ce jour il n’est pas un homme qui puisse se comparer à Mahomet ».
Voltaire (1694 -1778) lui-même, après des errements coupables, finit par reconnaître, dans son Supplément à l'Essais sur les Murs (1763), au Prophète Mohammad des qualités humaines et intellectuelles intangibles :
« Il joua le plus grand rôle qu’on puisse jouer sur la terre aux yeux du commun des hommes ».
L’un des traits les plus marquants du « visage » de Mohammad c’est sans doute la magnanimité. Il faisait preuve, en toute circonstance, d’une maitrise de soi, d’une noblesse, d’un savoir pardonner à ses ennemis les plus acharnés, incomparables. « Il ne rendait jamais le mal par le mal, mais pardonnait et oubliait les offenses » (Hadith rapporté par Abû Dâùd). En cela, il obéissait à son Seigneur qui lui recommanda une conduite exemplaire : « N’obéis pas aux dénégateurs et aux hypocrites, délaisse leur méchanceté et place ta confiance en Dieu, Dieu suffit comme garant. » (Sourate 33, verset 48).
Lorsqu’il est rentré (en l’an 629) victorieux à la Mecque, Mohammad (sws) n’a prêché ni vengeance ni exclusion, ni haine contre ceux qui l’ont combattu, calomnié ou trahi. Toute sa vie, à l’instar de ses devanciers, Prophètes et Messagers, il a supporté l’offense et pardonné l’injure. Jésus a été traité de « juif fanatique », Moïs « de menteur » et de « sorcier », Noé de fou et Salomon, « Sage parmi les hommes », fut qualifié de « dictateur » à la fin de son règne (levée d’impôts et institution de la corvée).

Aujourd’hui, la communauté des croyants est blessée et touchée dans ce qu’elle a de plus cher et plus profond : sa foi. Mais, dans ces circonstances difficiles et particulières, elle a l’obligation de s‘armer de sagesse et de noblesse, de prendre modèle sur le prophète et ses « vrais visages ».
Si la personne du prophète et le Coran sont sacrés, l’âme humaine que Dieu a créée est plus que sacrée, car «… quiconque tuerait une personne (…), c'est comme s'il avait tué tous les hommes. »(Sourate al-mâîda, verset 32)
Elle doit, dans le cadre de la loi, dans le respect de la vie humaine et des biens d’autrui, avec la contribution de tous les hommes de bonne volonté, œuvrer pour que s’instaure la paix entre les hommes et s‘établisse un dialogue fraternel et sincère entre les civilisations et les cultures.
Elle ne doit, surtout pas, céder à la provocation, tomber dans le piège de la haine et commettre l’erreur de répondre au mal par le mal.
N’est-ce pas vers cet abîme que ces professionnels de la provocation et ces fanatiques et agitateurs cherchent à la conduire ?
« Ne semez pas le désordre sur la Terre, après que l'ordre y a été établi » (Sourate 7 - verset 56), car «… Dieu n'aime pas les semeurs de désordre» (Sourate 1 - verset 205).
« Repousse (le mal) par ce qui est meilleur; et voilà que celui avec qui tu avais une animosité devient tel un ami chaleureux. (S. 41, Fusillât, v.34)



               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles