Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - Mohammed El Kansouri - publié le Vendredi 5 Août à 13:11

Canicule: Quand les habitants de Fès se rabattent sur les espaces de fraicheur…



Fès - Les qualificatifs ne manquent pas pour décrire la chaleur qui sévit à Fès et dans la région du Saiss depuis le début du mois de juillet écoulé, à telle enseigne que la cité idrisside semble ces jours-ci vidée de ses habitants, qui se ruent sur les espaces de fraicheur avoisinants.



A Fès, la chaleur devient très pénible pour les travailleurs. Dans la rue, des enfants préfèrent plonger dans les fontaines publiques et les quelques gens, qui daignent s'y aventurer aux heures torrides, tiennent dans leurs poches des lingettes humides et portent des vêtements mouillés pour éviter la déshydratation. Les bouteilles d'eaux minérales viennent aussi à manquer dans les rayons des supermarchés.

Les habitants de Fès qui se sentent désemparés par cette chaleur, se rabattent sur les nouveaux espaces verdoyants et de loisirs qui commencent à fleurir dans la périphérie de leur ville. Ceux qui ont la chance et les moyens optent pour des escapades de fraicheur dans les sites balnéaires ou les montagnes avoisinantes.

Le principe ou plutôt l’essentiel est de fuir l'air chaud qui remonte du désert et qui fait grimper la température à plus de 40°C. Durant ces épisodes de chaleur excessive, des associations locales et des médecins bénévoles organisent des campagnes de sensibilisation pour sensibiliser les gens à se protéger des coups de chaleur. Ils recommandent de privilégier les endroits frais, d'éviter de sortir aux heures les plus chaudes et de pratiquer une activité physique. Il est également conseillé de bien se rafraîchir et s'hydrater, notamment pour les personnes les plus vulnérables.

Cette condition atmosphérique exceptionnelle pousse les enfants et les jeunes à la baignade, grandeur nature, dans les oueds et barrages avoisinant la ville. Mais dans ces endroits, les jeunes nageurs imprudents mettent chaque jour leur vie en danger, en se fiant à la douceur trompeuse des lacs et des oueds. Outre le risque de noyade, certains lieux de baignade représentent un danger de maladies liées à des parasites ou bactéries qui prolifèrent dans ces eaux impropres.

Si les piscines privées font, eux aussi, le bonheur de certaines familles, d'autres gens aiment se "jeter" sur des lieux de fraicheur notamment sur la route nationale qui mène à Immouzer Kandar et Ifrane ou près des petits ruisseaux qui coulent encore aux abords de la ville.

Devant cette écrasante chaleur, de nombreuses familles fassis tentent aussi l'expérience de découvrir la nature, le patrimoine sylvestre de la région, la réserve biologique d'Engil, les falaises, les cascades, les forêts et les montagnes relevant de la province de Boulemane, les charmants villages situés dans les vallées ainsi que le riche arrière pays de la capitale spirituelle.

Parmi les options figure le cadre paisible qu'offre la forêt périurbaine d'Aïn Chkef. Sa verdure et la douceur de son climat, elle les doit à une source fraiche jaillissant du creux d'une faille du plateau du Saiss. Cernée d’arbres de différentes essences, cette "source" dont l’eau protège le baigneur de toute pollution, fut jadis le lieu de prédilection des fassis cossus.

Si autrefois Aïn Chkef ne fut qu’un oued dans une vallée isolée ou de jeunes champêtres venaient s’ébrouer et se désaltérer, elle est devenue, au fil des ans, un lieu d’estivage, un site touristique rénové qui présente une allure reposante. Par ailleurs, la sauvegarde de ces points naturels nécessite un grand intérêt à travers l'installation de zones d'accueil pour les estivants, l'aménagement des terrains, l'utilisation des ressources hydriques servant aux besoins des communes rurales et au support de l'écosystème, la promotion et la mise en valeur de l'identité culturelle et de l'architecture traditionnelle de chaque commune rurale et l'adoption et la promotion des comportements respectueux de l’environnement et du développement durable. 

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara