Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
DMN : Fortes pluies parfois orageuses de dimanche après-midi à lundi à... | via @lemagMaroc https://t.co/fMulX9kRJr https://t.co/WIPUGiCK7G



Cherif Chebihi Hassani - publié le Lundi 21 Octobre à 11:40

C'est un petit monde






C'est un petit monde
1945 fut une très bonne année. La dévastatrice Seconde Guerre mondiale était parvenue à sa fin. Lassés de la guerre et de l'effusion de sang, les dirigeants du monde et les philanthropiques ont décidé qu'une telle guerre, où 55 millions avaient perdu leur vie ne doit jamais se reproduire. Ainsi, l'organisation des Nations unies a été constituée, le 24 octobre 1945, pour succéder à la Société des Nations (SDN).

En ce mois, ce majestueux organisme va célébrer son 66e anniversaire, et veut certainement une caresse sur le dos, en vue de maintenir la paix entre les nations –objet de son existence. En effet, maintenant, avec 193 membres forts, sa charte définit clairement son but primaire «Sauvegarder la paix et la sécurité internationale» et son premier des sept principes stipule que tous les membres ont des droits égaux – tous sauf Israël-. Il a défié les résolutions du conseil de la sécurité de l'ONU de plus de 79 fois, et reste encore un membre à part entière, jamais suspendu, jamais expulsé comme le dicte la charte. Certains membres sont plus égaux que d'autres.

Avec l'établissement de l'ONU, et le progrès exponentiel de la technologie, le monde est devenu plus petit. Tous les coins du globe sont à notre portée, sur nos écrans de télévision, sur nos Smartphones et sur nos ordinateurs. Les guerres, les conflits, la violence et le sang inondent nos ondes et peuvent difficilement être ignorés, sauf si nos cœurs sont de pierre.

L'horreur de l'Holocauste a été un facteur majeur dans la création de l'ONU. De tels crimes odieux commis par l'homme, contre son prochain, ne peuvent jamais se répéter. L'humanité et l'unité seront le bouclier impénétrable de protection. L'ONU ne peut être blâmée par les guerres et les actes de génocide qui se sont produits avant sa création. Ils étaient nombreux et ils étaient atroces. Le premier génocide du 20e siècle a été en Arménie (1915-1918), 1,5 million ont péri aux mains des Turcs. La famine ukrainienne (1932-1933), imposée par Staline, a tué sept millions d'agriculteurs, et il y avait plus, mais l'ONU devrait être responsable pour les atrocités qui ont eu lieu depuis 1945. Pourrait-elle avoir fait plus pour sauver des vies, arrêter, freiner et empêcher les guerres innombrables et les massacres d'Hitler qui ont suivi. Pourrions-nous ? Le serment de mettre fin au fléau de la guerre entre les nations a été vite oublié. Depuis la fondation de l'ONU, 88 guerres et actes de génocide ont ravagé l'Asie, l'Amérique du Sud, l'Afrique et l'Europe. 75 millions de personnes sont mortes.

De tous les pays qui ont subi les pertes, la Chine se présente comme le grand perdant. En 1946, plus de 1,2 million de morts, mais ce n'était rien comparé aux 38 millions (1958-1961), tués pendant le «Grand Bond en avant».

Non satisfait de ce sacrifice humain pour sa noble cause, Mao Zedong a provoqué encore la mort de 11 millions (1966-69) pour l'amour de sa «révolution culturelle» ; les 6 millions allégués d’Hitler ont limité la comparaison. Pourtant, il est toujours désigné comme le grand exterminateur. La guerre de Corée a causé la perte de 4 millions et les conflits de la France au Vietnam (1946-1954) ont coûté 6000.000 vies. La France était occupée sur un autre front, en Algérie, où 380.000 morts arrondissant la part de la France de destruction à un million frais. La France a été l'un des principaux fondateurs de l'ONU. Le Vietnam, cependant, n'avait pas vu la fin de ses malheurs. Les Etats-Unis qui abritent l'imposant bâtiment de l'ONU, ont été occupés à envoyer leurs forces armées ici et là, répandant la paix et la bonne volonté. Leur implication au Vietnam (1964-1973) a sacrifié plus de trois millions de vies, et leur présence au Moyen-Orient est en cours, causant l'effusion du sang des Arabes, tous les jours, mais avec les meilleures attentions. A l'aube de l'humanité, la dissension a commencé entre Caïn et Abel. C'était frère contre frère, sans distinction de la race ou du credo, Nord contre le Sud, Est contre Ouest, l'Inde et le Pakistan, la Russie et la Tchétchène, l'Angleterre et l'Irlande. N'avons jamais appris ?

Comment le monde pourrait tolérer le sang altéré du fermier cambodgien qui s'est nommé «Pol Pot». Il est devenu en fait le dirigeant politique et militaire des Khmers et avec leur aide a provoqué la mort d'environ 1,5 million de Cambodgiens, leurs corps parsemés sur «les champs de meurtre» de leur pays natal. Le monde a regardé avec le silence assourdissant, puisque le Pot a imité son idole Mao Zedong.

Même les petits hommes de petits pays, comme Idi Amin de l'Ouganda qui s'est débarrassé de 300.000 de ses frères et il n'y avait personne pour l'arrêter, aucun homme, aucune armée, même l'ONU. Et les 200.000 Bosniaques musulmans qui ont péri aux mains des Serbes en 1992. « C'était le plus grand échec de l'Occident, depuis 1938 », a déclaré le secrétaire d'Etat adjoint Richard Holbrooke. Comment l'ONU peut laver le sang de 800.000 Tutsi qui ont été brutalement tués par les Hutu du Rwanda ? Ils s'assoient sur leurs fauteuils confortablement matelassés et regardent ceux qui meurent encore, chaque jour, partout en Irak, en Afghanistan, en Syrie, en Libye, au Yémen, au Soudan et le rameau d'olivier qui entoure le globe sur le drapeau de l'ONU, doucement volette cachant son visage dans la honte, incapable d'arrêter toutes les guerres et sauver des vies. Y a-t-il un succès dont l'ONU peut se vanter. Certes, elle a réussi à établir l'Etat juif d'Israël, au détriment des dispersés et des citoyens sans abri de l'Etat de la Palestine. Ce monde devient plus petit peut-être, mais aussi plus petit dans le cœur et dans la pensée, plus petit dans l'esprit et la détermination.

«Et bien mon cœur affligé de penser, ce que l'homme a fait de l'homme», William Wordsworth (1750-1850).



               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles