Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Marie Brizard Wine & Spirits, veut vendre ses vins et spiritueux,... | via @lemagMaroc https://t.co/RZLvMN1gE2 https://t.co/6OPOAgMKZY



MAP - publié le Samedi 8 Octobre à 11:10

Burundi - Sahara: L'autonomie est à même d’instaurer la stabilité dans la région sahélo-saharienne




New York (Nations Unies) - Le plan d’autonomie porte en lui les éléments nécessaires permettant d’instaurer la stabilité dans la région sahélo-saharienne et de contribuer à la lutte contre le terrorisme et le trafic de tout genre, a estimé vendredi à l’Onu, l’Ambassadeur, représentant permanent du Burundi à l’Onu, Albert Shingiro.



Albert Shingiro
Albert Shingiro
"L’initiative d'autonomie ouvre d’innombrables possibilités et perspectives de prévenir les menaces terroristes, le trafic de tout genre, la criminalité organisée, l’immigration illégale, la traite des personnes et les risques d'instabilité dans la région sahélo-saharienne et la Méditerranée", a déclaré le diplomate burundais devant la 4ème Commission de l’Assemblée générale de l’Onu.

La montée de l’instabilité et de l’insécurité au Sahel et à sa périphérie, a averti M. Shingiro, “appelle de toute urgence au règlement de ce vieux différend d'autant plus que la persistance du confit entrave l'intégration plus poussée du Maghreb qui devient plus que jamais indispensable”. 

Les parties concernées sont ainsi appelées à entamer de véritables négociations et à privilégier une solution “politique négociée, mutuellement acceptable basée sur le réalisme politique et l'esprit de compromis”. 

A cet égard, le diplomate a réitéré la position du Burundi appuyant l’initiative marocaine d’autonomie, qui, a-t-il rappelé, représente “la base du processus politique actuel et qui constitue le seul cadre sérieux et crédible pour une solution politique équilibrée de compromis à ce différend”.

Des discussions, a-t-il poursuivi, doivent continuer avec les parties dans le but d'aider à esquisser les contours d'un compromis acceptable de part et d'autre dans la logique gagnant-gagnant afin de parvenir à une solution politique définitive.

Il a sollicité, dans ce sens, le Secrétaire général de l’Onu de “continuer de plaider pour l'amélioration des relations entre les deux pays concernés au premier chef”, en l’occurrence le Maroc et l’Algérie.

M. Shingiro a soutenu que la prise en compte de la dimension régionale dans toute approche visant à trouver une solution politique mutuellement acceptable à la question du Sahara est “extrêmement primordiale”.

L'intégration régionale grâce notamment au renforcement de l'Union du Maghreb arabe est un “élément clé” pour surmonter l’instabilité actuelle et récolter d’importants dividendes économiques, commerciaux et sociaux, a-t-il dit. 

Le diplomate burundais s’est, par ailleurs, félicité de la coopération des autorités marocaines avec l'Envoyé spécial du Secrétaire général, Christopher Ross, ainsi que de la normalisation de la coopération entre le Maroc et la Minurso.

Revenant sur la décision du Maroc de réintégrer l’Union africaine, M. Shingiro s’est réjoui de cette décision, se disant confiant qu’elle “contribuera à l'édification d'une Afrique unie, pacifique et prospère”.

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».