Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
PNUE : MASEN lauréate du prestigieux prix "Champions de la Terre", la... | via @lemagMaroc https://t.co/rwL3yyD0AA https://t.co/PFWit4edpM


MAP - publié le Mercredi 16 Septembre à 22:28

Burkina Faso : Le Président et le PM arrêtés par des membres de la garde présidentielle





Des membres de la garde présidentielle du Burkina Faso ont arrêtés, mercredi à Ouagadougou, le président de la Transition, Michel Kafando, et le Premier ministre, Isaac Zida, rapporte la télévision burkinabè (RTB).

Des militaires de la Garde présidentielle burkinabè (RSP) ont fait irruption lors du conseil des ministres qui se tenait ce mercredi aux environs de 14H30 (GMT) au palais présidentiel à Ouagadougou et ont retenu de force le président Kafando et le Premier ministre, et deux autres ministres (de la Fonction Publique et celui de l'Urbanisme), a ajouté la même source citant le Président du Conseil national de la transition (parlement), Cheriff Sy. 

"Cette énième irruption du RSP est une atteinte grave à la République et ses institutions. J'appelle tous les patriotes à se mobiliser pour défendre la mère patrie", a souligné le chef du parlement dans un communiqué.

Et d'ajouter que "le devoir nous appelle car la nation burkinabè est en danger (...) Nous en appelons au devoir de solidarité des forces vives, des forces politiques, de la société civile et de la communauté internationale avec tout le peuple burkinabé pour faire échec à cette opération". 

Toutefois, aucune information n'a été donnée sur les revendications des militaires.

Dans son rapport remis lundi au Premier ministre, la Commission de réconciliation et des réformes a recommandé notamment le démantèlement de ce régiment, composé de 1200 hommes, et le redéploiement de ses membres dans le cadre d'une réforme plus large de l'armée.

Plus de 5,5 millions Burkinabè sont appelés aux urnes le 11 octobre prochain pour élire le président du Faso et les députés, et mettre ainsi fin à une année de transition entamée depuis l'insurrection populaire des 30 et 31 octobre dernier et le départ du président Blaise Compaoré.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara