Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Jeudi 12 Juin à 15:16

Bulletin d'informations économiques africaines



Rabat - Voici le bulletin d'informations économiques africaines pour la journée du jeudi 12 juin 2014 :



SENEGAL-EXPORT-COMPETITIVITE

L'agence de développement et d'encadrement des petites et moyennes entreprises (ADEPME) et l'Agence Sénégalaise de promotion des exportations (ASEPEX) viennent de signer un accord de partenariat visant à rendre plus compétitifs les produits sénégalais sur les marchés internationaux.

Selon le directeur de l'ASEPEX, Malick Diop, la compétitivité du secteur privé est essentielle pour promouvoir l'accès des produits et services au marché international.

GUINEE BISSAU-BM-FINANCEMENT

La Banque Mondiale (BM) et le gouvernement Bissau-guinéen procèdent ce jeudi à Dakar, à la signature d'un accord de financement d'un montant de 8,2 millions de dollars.

Ce nouvel appui financier de la BM devra servir "à soutenir le développement inclusif du secteur de l'agro-industrie et de promouvoir l'esprit d'entreprise en Guinée-Bissau''.

GABON-NOTATION

Malgré ses efforts, le Gabon n'a pas tant évolué que ça dans le domaine économique, sa note souveraine restant aussi stable que sa situation, à "BB-", souligne l'agence de notation Fitch Ratings dans son dernier rapport.

Le maintien de cette note se justifie notamment, selon la même source, par la baisse de la production pétrolière en raison des nouvelles techniques de forage adoptées par certains opérateurs.

En 2013, la note du Gabon était passée de "BB" à "BB-" après avoir été revue à la baisse en 2012.

BENIN-COTON

La production cotonnière béninoise devrait connaître une embellie au terme de la campagne 2013-2014 et s'établir à quelque 350.000 tonnes de coton-graine, contre moins de 230.000 tonnes l'année dernière, selon le ministère béninois de l'Agriculture.

Cette augmentation est liée essentiellement à la reprise en main du secteur par le gouvernement avec l'objectif déclaré d'atteindre un niveau de qualité, tout en augmentant les volumes de production, selon la même source, notant que le pays reste en deçà de ses prévisions initiales qui tablaient sur 500.000 tonnes.

MALI-PRET

Le Conseil des ministres au Mali a ratifié mercredi un accord de prêt concessionnel de plus de 35 milliards FCFA, signé entre le gouvernement malien et la Bank Export-Import de Chine, pour le financement du "Projet du Réseau de large bande national" du Mali.

Ce projet s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du "Plan stratégique national des technologies de l'information et de la communication" au Mali.

Ce prêt de la banque chinoise financera la construction d'un réseau de fibre optique de 1.300 Km et les applications associées sur les axes Ségou-Tombouctou/Mopti-Douentza-Gao/Bamako-Kourémalé, frontière de la Guinée, selon un communiqué de la primature malienne.

MALI-BANQUES

La Banque de développement du Mali (BDM), dans laquelle BMCE est actionnaire à hauteur de 27,38 pc, a annoncé avoir réalisé l'an passé un résultat d'exploitation de 11 milliards FCFA.

La banque a ainsi réalisé un résultat qui dépasse ses propres prévisions (10,10 milliards FCFA) en dépit de la crise politique et économique qu'a traversé le Mali.

Selon son PDG, Abdoulaye Daffé, la BDM-SA a été tout au long de l'exercice 2013 la banque des particuliers, du secteur privé mais aussi du secteur public au regard de l'ampleur de ses interventions en vue de soutenir la trésorerie de l'Etat. Elle a notamment apporté son soutien aux secteurs stratégiques du coton, de l'agroalimentaire, des hydrocarbures, des télécommunications et des mines. KENYA-TAXES

La hausse de l'inflation et du coût de la vie au Kenya sont montés en flèche depuis l'adoption en 2013 de la nouvelle taxe sur la valeur ajoutée (TVA), grevant ainsi le pouvoir d'achat des Kenyans et constituant l'un des plus grands problèmes auxquels le gouvernement est actuellement confronté, à côté de l'insécurité, révèle jeudi des experts du cabinet de conseil PKF.

L'effet d'entraînement de la loi controversée est durement ressenti par des secteurs clés tels que l'agriculture, le tourisme et l'industrie de l'aviation, notent-ils, appelant le gouvernement kenyan à se pencher sur des questions précises pour ne pas affecter l'économie nationale.

KENYA-INSECURITE

L'insécurité galopante au Kenya a coûté aux contribuables plus de 100 milliards de shillings (1,2 milliard de dollars) depuis l'incursion des troupes kenyanes en Somalie vers la mi-octobre 2011 pour débusquer les sympathisants d'Al-Chabaab, révèle jeudi une étude du ministère des Finances.

Le rapport indique que la majeure partie de l'argent a été consacrée à l'acquisition de matériel militaire moderne, d'équipements de surveillance, le recrutement d'agents supplémentaires de la police et l'indemnisation pour les pertes subies au cours des attaques terroristes depuis octobre 2011.

NIGERIA-TELECOMS

Les procédures de privatisation de l'opérateur de téléphonie fixe Nigérian Telecommunications PLC (NITEL) et de l'opérateur de téléphonie mobile, Mobile Telecommunications Ltd (MTEL), ont démarré, tandis qu'un appel à manifestation d'intérêts pour l'acquisition de ces deux sociétés a été lancé mardi, selon la presse locale, citant le Bureau des entreprises publiques (BPE), l'institution chargée de la gestion de la liquidation des entreprises publiques en faillite.

Les potentiels acquéreurs qui se manifesteront auront à se disputer des avoirs qui se composent, entre autres, des licences télécoms et spectre de fréquence indispensables à la fourniture des services nationaux de télécommunications, les stations de base et le réseau filaire fixe de NITEL, le réseau GSM, le portail international et les station terrestres de MTEL.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara