Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Quand l’ambassadeur algérien à Bruxelles s’autoproclame porte-parole... | via @lemagMaroc https://t.co/F0hTNSg04E https://t.co/kNECBG2gzr



Chaalal Mourad - publié le Jeudi 24 Octobre à 18:10

Bouteflika : Cet enfant du système






Bouteflika : Cet enfant du système
On est un leader national du fait de son parcours et ses positions, même si celles-ci déplaisent parfois aux amis ; et non pas par l'image éphémère que l'on cultive de soi-même via l'ultra médiatisation de ses quelques réalisations, passées pour des exploits aux yeux du bon peuple et de l'étranger complaisant, une projection d'image du "Raïs" que celui-ci, se fait de lui-même et que le temps est à même de démolir comme un château de cartes.
 
Personne ne peut remplacer monsieur Bouteflika ! Si l'on écoute bien les discours de ses partisans, classés en trois catégories, la première; Celle qui tire directement profits du système tel qu'il est conçu, sombre dans un pathétique et courant "lechbotisme", elle le défend becs et ongles, car son existence dépend de la sienne, la deuxième ; traumatisée et fatiguée par la décennie rouge, voit en sa personne un sauveur, celui qui pacifia le pays, la troisième ; plus soucieuse celle-là de la stabilité du pays et craignant le pire pour l'État-nation, dans un contexte international trouble et dangereux, opte pour lui , comme étant la seule possibilité possible pour le moment, pourvu qu'il continue d'assurer la stabilité du pays et de prolonger "l'ère de tendresse" entre l'Algérie et l'Occident sous la bénédiction franco-américaine.
 
Personne ne peut remplacer monsieur Bouteflika ! Si l'on écoute bien les discours de ses partisans, classés en trois catégories, la première; Celle qui tire directement profits du système tel qu'il est conçu, sombre dans un pathétique et courant "lechbotisme", elle le défend becs et ongles, car son existence dépend de la sienne, la deuxième ; traumatisée et fatiguée par la décennie rouge,voit en sa personne un sauveur, celui qui pacifia le pays, la troisième ; plus soucieuse celle-là de la stabilité du pays et craignant le pire pour l'État-nation, dans un contexte international trouble et dangereux, opte pour lui, comme étant la seule possibilité possible pour le moment, pourvu qu'il continue d'assurer la stabilité du pays et de prolonger "l'ère de tendresse" entre l'Algérie et l'Occident sous la bénédiction franco-américaine.
 
À partir de là, on comprend bien à quel point l'Algérie est dans l'impasse, à court d'idées et de perspectives ; ce pays existait bien avant les feus Benbella, Boumediene, Chadli, Boudiaf, le haut Comité d'État et enfin à monsieur Bouteflika lui-même, elle restera après lui, nul n'a donc le droit de la cantonner de la résumer à sa personne ou à ses prouesses si grandioses, veille-t-il les faire passer au monde. Cet enfant légitime du système, héraut de la diplomatie algérienne des années 70/80, roula sa bosse dans tous les rouages de l'Etat, son point fort ; C'est qu'il connaît mieux que les autres, toutes les faiblesses du système, moult dossiers furent dénoués par "si Abdelkader el mali" notamment, ceux en relation avec" le terrorisme" de l'international révolutionnaire, lié au réseau d'Ilich Ramirez Sanchez, alias Carlos dit le chacal, ce qui lui a valu une aura sans précédent, les années 70/80, au titre de dossiers qui causèrent du tracas aussi bien à l'Occident qu'à notre pays.
 
Des fréquentes séances de travail avec presque tous "les services", aussi bien occidentaux qu'orientaux sans distinction ; de ce qu'est devenu maintenant le CESID espagnol et ses soucis avec la dissidence de l'ETA, qui voyaient à cette époque-là l'Algérie, comme le pays révolutionnaire, anti-impérialiste par excellence, une terre de possible Asile pour "los terra" (les membres de l'ETA) , plus à tort qu'a raison, puisque la renégociation du prix du gaz avec l'Espagne a interféré au détriment de ce sujet les années 80 notamment ; au Vevak iranien, CIA et le problème des otages américains, passant par la DGSN française, toujours vigilante s'agissant de l'Algérie, sa zone d'influence historique, qui laissait parfois jouer les autres, tout en leur balisant le terrain !
 
On a donc travaillé avec tout le monde et ce qui reste caché ; Dieu seul le sait, notamment dans le cadre de cette frauduleuse lutte antiterroriste, à laquelle s'est inscrit le monde poste 11/09, puisque le sujet a dépassé maintenant de loin le passage d'avions de guerres français dans nos cieux ; aux avions de la terreur, qui cherchent à rendre fous à certains de nos concitoyens, depuis des années durant, dans un exercice inédit de conditionnement et de torture psychologique à la solde de l'Espagne et la bénédiction des autorités algériennes bien avant le sinistre 11/09 à ce jour, figurez-vous !Idiotie totale, conjuguée à une injustice et tyrannie sans commune mesure, que seuls les Espagnols en ont le secret.
 
L'Espagne, ce voisin à 150 km des côtes maghrébines, n'épargne pas le Maroc qui résiste un peu mieux que l'Algérie sous Bouteflika, qui semble donner aux espagnoles plus qu'ils n'en faut, ce pays, qui s'est octroyé des compétences universelles en matière de poursuite judiciaire des crimes de guerre et contre l'humanité qui les utilisait contre certains pays de l'Amérique latine et du monde arabe plus, pour faire passer certains intérêts qui lui tiennent à cœur. Cette Espagne, laquelle durant la crise de Gaza de 2002, souvenez-vous ! Voulut défier Israël en dressant une liste de 7 responsables israéliens, cités dans une plainte pour crimes de guerre, il a suffi d'un bref rappel à l'ordre et voilà que tout est rentré en place, avec la restriction "rapido" dans ses compétences universelles, devenue officielle, en 2009. L'Espagne, qui cherchait à travers l'union européenne et sa solidarité inconditionnelle, parfois injuste, notamment dans certains dossiers ayant trait aux droits de l'homme, de certains immigrés exilés d'opinion chez elle, persécutés dans ses terres et poursuivis et agressés eux et leurs familles même après leur retour dans leur pays, pour son compte et à sa demande ; A travers l'Europe, l'Espagne, cherche en fait, à récupérer un rôle qu'elle a toujours prisé à travers ses nombreux " conquis tas et reconquistas ".
 
Fervent adepte de la realpolitik monsieur Bouteflika ne s'est rapidement rendu compte qu'une diplomatie qui ignore l'État d'Israël est sans effet et donc vouée à l'échec d'avance, que l'État du cousin hébreu est devenu une pièce maîtresse du puzzle de la diplomatie internationale ; et que cela, doit être écrit, accompli et bien assimilé par tous surtout, des régimes arabes "récalcitrants", à l'instar de l'Algérie des années 70/90 !
 
Israël est là, et c'est pour l'éternité, aussi éternelle qu'est le Dieu d'Israël lui-même, les Arabes, qu'ils soient révolutionnaires, émirs ou princes du pétrodollar se sont rendus compte, à tort ou à raison, que l'acceptabilité en extra-muros de leurs systèmes archaïques, tyranniques, bâtis sur l'injustice et la confiscation de la volonté de leurs peuples, dépend au premier chef, de la reconnaissance implicite ou explicite qu'importe de l'État du cousin hébreu ; réconfortés notamment, à travers l'initiative saoudienne de 2002, qui l'a pourtant assujetti aux échanges de territoires occupés entre Israël et Palestiniens.
 
Vrai ou faux ? Les arabes ont-ils compris , par eux même ou par induction que ; Si devant le Père, Dieu de la chrétienté, l'homme doit sa rédemption et son pardon à Jésus Christ ; Devant les maîtres du monde, l'oncle SAM et l'occident en général ; Ils doivent leurs lettres d'indulgences à Israël tout bonnement ! Et cela monsieur Bouteflika l'avait si bien compris et ce, depuis le début mais, en a-t-il fait un bon usage depuis ?
 
Aux yeux des tyrans arabes, tout est rythmé, pesé par rapport aux rapports avec Israël ; ils l'ont tellement cru et parfaitement exploité ; on les voit s'investir dans la séduction de l'État hébreu, ou bien entrer carrément avec lui dans des accords déclarés, ou travailler sous table, comme font le reste des Arabes, les quelques positions virulentes contre Israël sortaient peu du cadre médiatique et sont destinés plutôt à la consommation interne, afin de sauver les meubles, calmer la populace et lui faire comprendre que l'on est toujours fidèles aux principes.
En réalité , Israël n'a nullement demandé à jouer ce rôle, ce sont les régimes arabes eux-mêmes qui, sous ce qu'ils sentaient comme"conditionnement" américain et partant d'une lecture bien à eux des réalités internationales, conclurent que, pour arriver au cœur de l'Amérique, la persuader de les laisser tranquilles et cesser de revendiquer de temps à autre la nécessité de démocratisation de leur pays, la seule voie, le seul chemin, qu'ils ont trouvé ; C'est Israël,"...Nul ne vient au Père que par moi !.." disait le Christ ; et "nul ne parvient à l'Amérique que par Israël !" ; L'ont compris les Arabes. En fait , par son savoir faire , son habileté diplomatique, Israël s'est imposé au monde et pas seulement qu'aux Arabes, certains domaines de la technologie de pointe la rendent même incontournable.
 
Dîners d'affaires, consultations politiques, miliaires, sécuritaires, relations et/ou partenariats en négoce, achat d'armements, de marchandises souvent renommées ou "re labellisées " via des fournisseurs écrans ; tous les Arabes l'ont fait un jour ou l'autre ; dissertant sur sa philosophie de vie, monsieur Bouteflika, dans un voyage à Oran, disait "...Si, j'ai un malade qui agonise à la maison, que j'ai besoin d'un médicament, que tous les pharmaciens sont fermés, sauf l'Israélien, je ne sais pas ce que vous faites, mais moi, j'achète.." ;, mais au fait, de quels médicaments parlait-il notre président ? Ceux qui sont censés guérir le mal, dont souffrait l'Algérie des années 90, dû notamment à sa solitude internationale ? La carence en démocratie ? La persécution politique de presque tout le spectre politique national, sous couvert du sécuritaire ? La militarisation de l'espace public ? La gestion catastrophique du pays ?
 
Le gâchis des ressources des Algériens, gérés entre amis, clans et proches ? L'injustice et la tyrannie sans commune mesure, ni précédent à laquelle on est soumis nous et nos familles des années durant pour la solde de certains services étrangers que vous dites " amis " ? Cher président, vous pouvez sillonner toutes les pharmacies d'Israël et du monde si vous voulez, elles ne vous seront d'aucune utilité, car aucun médicament ne saurait guérir tant de maux, croyez-moi!
 
À mon avis ; La génération de novembre (du moins ce qui en reste) , celle qui a héroïquement contribué à libérer le pays, celle qu' y prirent les commandes depuis, a échoué à concrétiser une quelconque prouesse en développement hors hydrocarbure, ou de démocratisation réelle de l'espace politique, sa gestion carrément régionaliste de la république, l'a complémente pervertie, discréditée et ne parlant point de notre souveraineté et honneur national , dangereusement bafoué par l'absence de perspectives, de logique de bonne gouvernance mais surtout, de respect aux citoyens, réduits en état de Zombies, démunis de toute volonté propre, toujours au pas du grand chamane.
 
Entre la lutte antiterroriste selon "Bush", courtiser Israël, afin de charmer l'Amérique, en faveur des positions de chacun vis-à-vis du dossier du Sahara occidental, sortir de l’oïl du cyclone du printemps arabe, qui menace encore leur establishment, l'Algérie et le Maroc bien sûr ! Ne savent plus sur quel pied dansé, au point où ces dossiers sont devenus par force des choses, des axes primordiaux de leurs politiques étrangers et internes.


Tagué : Chaalal Mourad

               Partager Partager


Commentaires

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles