Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Kamal Znidar - publié le Dimanche 4 Août à 17:50

Benkirane, qu'attend-il pour sanctionner nos tortionnaires ?




Condamné à 30 ans de prison en 2011 pour pornographie et abus sexuels sur une dizaine d'enfants âgés de 2 à 14 ans, Daniel Galván Viña a bénéficié d'une grâce royale. Le roi du Maroc, Mohamed VI, a demandé l'ouverture d'une enquête pour faire la lumière sur cette affaire.



Benkirane, qu'attend-il pour sanctionner nos tortionnaires ?
Samedi soir, le roi Mohamed VI a ordonné par communiqué une enquête en vue de déterminer les responsabilités et les points de défaillance qui ont pu mener à cette regrettable libération du pédophile espagnol. Cette enquête doit permettre d'identifier le ou les responsables de cette négligence afin de prendre les sanctions nécessaires.

Daniel Galván Viña doit sa libération à une grâce royale qui lui a été accordée ainsi qu'à 47 autres de ses compatriotes par le roi du Maroc, Mohamed VI, à la demande du monarque espagnol, Juan Carlos. Depuis sa libération, le Maroc est secoué par un scandale d'Etat. A Rabat, Tanger, Berkane, Marrakech, Tétouan, les manifestations étaient presque partout pour protester contre la grâce royale accordée à ce pédophile espagnol.

Ces manifestations ont été violemment réprimées par les forces de sécurité. De nombreux manifestants ont été blessés, sans parler des journalistes et des photographes, et une dizaine de militants ont été arrêtés. Ne serait-il pas plus judicieux d'ouvrir une autre enquête pour faire la lumière sur cette répression policière et sanctionner sévèrement les responsables de ces crimes contre la société marocaine ?

La répression policière des manifestations pacifiques est anticonstitutionnelle. L'article 16 de la Constitution marocaine stipule que "Chacun a le droit d'organiser des réunions et des manifestations pacifiques et non armées sans autorisation préalable mais avec déclaration préalable pour les manifestations dans un lieu public". Cet article a été souvent manqué de respect par nos forces de sécurité. Chaque fois que des citoyens organisent une manifestation qui ne plait pas au système, elles les accueillent à coups de matraques.

Ignorant presque tout sur les lois réglementant son métier, la grande partie de nos policiers ignore qu'elle a le droit de s'opposer à tout ordre qui viole la Constitution. Elle ignore qu'elle est de son devoir d'assurer le respect de la Constitution et dire "non" à tout ordre qui viole les lois du Maroc. Ignorant ce droit et ce devoir, et par peur de perdre son emploi, cette source qui lui permet de subvenir à ses besoins et aux besoins de sa famille, elle ne discute pas les ordres venant de ses supérieurs même quand il s'agit de crimes contre les marocains.

Ces responsables, qu'ils soient ministre de l'intérieur, directeur général de la sûreté nationale ou préfet de la police, qui exploitent l'ignorance de ces policiers et les poussent à violer les lois du Maroc, doivent être sévèrement sanctionnés. La moindre des choses, le chef de gouvernement au Maroc doit les limoger de leurs postes. Ces postes doivent être occupées par des responsables qui font du Marocain un sacré à ne pas toucher et pas de hauts-fonctionnaires d'Etat qui n'ont aucun respect à la société marocaine.


Tagué : Kamal Znidar

               Partager Partager


Commentaires