Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



Mohammed Morchid - publié le Lundi 18 Janvier à 18:48

Benkirane égrène son chapelet dans le mauvais sens






Benkirane égrène son chapelet dans le mauvais sens
Aïe ! Aïe ! Ça fait mal, trop mal ! Il faut placer une fois pour toutes les trémas sur les Aïe ! Les marocains croyaient alors avoir tout goûté, mais en fait, ils n'avaient tout simplement encore rien goûté de la marmelade de Benkirane, ce gâte-sauce, qui mouille pour toutes les sauces en espérant que ça mousse. Assurément, tel un arroseur arrosé, il se délectera bezef de cette braisière qui va péter les plombs sur sa velue frimousse.

En fait, Benkirane, ce frotte-manche, a poussé le bouchon loin, trop loin. Cependant, comme cet imbécile heureux, dans toute sa pompe, il a cru bon de continuer à snober les marocains en accentuant, après chacun de ses grossiers errements, sa dose « religieuse» d’anesthésiant. Certainement, il aura tout le temps pour se rendre compte que le peuple, qui en a sa surdose, n’est plus ce gobe-mouches qui avale les couleuvres pour de bon et pour tout le temps.

Toutefois, des questions pressantes se posent et s’imposent :

Pourquoi le peuple marocain ne s’est-il pas rebiffé contre toutes ces lourdes bourdes accumulées par notre prime vizir depuis son investiture ? Alors qu’il n’est qu’un serf taillable et corvéable à merci d’une caste de kleptocrates viciables, un hâbleur flagorneur à la paie d’un ramassis de ploutocrates pressureurs.

Pourquoi ce tout silence brailleur tandis que Benkirane baroude en honneur ? Alors qu’il n’est qu’un chiche, un schnock chambellan qui ne sait que chevroter et chanter les chapelets de ses cheikhs, une chipie qui se courbe son échine souple à chaque chiquenaude de ses chefs.

Pourquoi le peuple marocain a-t-il succombé aux chants stridents des sirènes de ce malléable fanfaron ? Alors qu’il n’est qu’un vilain homme de main qui baisse ses mains et baise les mains de ses suzerains, un mesquin pantin qui se soumet et se met aux services d’un gang d’exécrables aigrefins.

Pourquoi le peuple marocain a-t-il pris pour paroles de " Saint " les postillons asiniens de cet escobar qui ne vaut même pas un pet-moins-le-quart (hacahkoum) ? Alors que ce ne sont que des mensonges, des bobards, que tout ce qu’il vomit n’est que des camouflets de fausses religiosités, des trompe-l’œil à usage électoral de toute stupidité.

Sa désignation à la tête du gouvernement a bel et bien donné une belle image même postiche et forcée de l’Etat, jusque là critiqué et a soigneusement et vigoureusement calmé les esprits du 20 février en forte ébullition lors d’un certain printemps. Hier, il défendait le Maroc d’en bas, aujourd’hui, c’est le Maroc d’en haut qu’il sert.

Il n’est qu’un fieffé menteur qui a, en main, les commandes du pouvoir sans pouvoir commander. Lors de sa nomination, il n’a cessé de se vanter de pouvoir tout changer au mieux, a distribué gratis de larges promesses urbi et orbi, trompettes et tambours battants, et a promis monts et merveilles au peuple marocain ingénu qui s’est fait facilement mener en bateau. Et depuis, les marocains vivent dans la misère du corps et de l’esprit générée par les décisions hasardeuses, prises à hue et à dia, de son gouvernement qui incarnait hélas, pour certains benêts, l’espoir et l’assurance.
Evidemment, avec toutes ses décisions antipopulaires merdiques, toutes ses déferlantes verbosités diarrhéiques, notre prime vizir torchon a franchi le mur du " con ".

Dorénavant, toutes les harangues de ce suppôt makhzénien, quelques factices qu’elles soient n’ont plus de charme et d’effet sur la population. D’ailleurs, après avoir mis sa main sur ce strapontin étatique faramineux, accompagné d’un prestige de pouvoir fardé, accoutré et impérieux, et après avoir enjôlé et bercé le peuple marocain lors de la campagne électorale, il fait fi de toutes les promesses du temps jadis, devient un fanatique nâamiste , s’évertue, à cœur joie, à défendre les intérêts de ses châtelains, bec et ongles contre vents et marées, et vend la mèche, toute la mèche, quitte à faire n’importe quoi, n’importe comment, pour n’importe quoi. Effectivement, il a recours tout simplement aux basses recettes " religieuses " reconnues fructificatrices et infaillibles dans le domaine de la manipulation et de l’invention.

Certainement, chaque jour nous apporte son lot de tabassés. Chaque jour, de nouveaux déçus rejoignent la cohorte des hérissés. Mais, chaque jour nous apporte également son lot de traitres, surtout ses apôtres, qui ont de plus en plus mal, beaucoup de mal à expliquer les bavures et les bévues qui se répètent et se succèdent de leur messie. Les fameuses sorties crétines et cocasses de leur seigneur arlequin ne prennent plus rien. Elles viennent même sceller l’idée d’un engagement mensonger là où il y a un gué à enjamber et une débandade de lâche face aux gravités.

Mais pourquoi toute cette soumission et toute cette capitulation de la part de la population ? Tout simplement parce que la clé de voûte d’anesthésier les marocains est cette croyance ferme qu’on ne peut que se rasséréner à jamais. Le peuple a cru en cet énoncé indiscuté depuis l’éternité, et c’est la raison pour laquelle il s’est laissé, avec satisfecit, tondre la laine sur son dos, sans se révolter.

Bien sûr, serait trop naïf celui qui attend que l’oligarchie soit bienveillante et indulgente envers cette population généreuse et obligeante. Sachez que toutes les décisions, toutes les réformes, quelles qu’elles soient, ne s’intéresseraient qu’à calquer et pérenniser les hiérarchies sociales existantes, voire même creuser les disparités présentes au profit moral et matériel des classes dirigeantes, puisqu’ elles ont intérêt à conserver le statu quo, les rapports sociaux dont bénéficient pleinement leurs héritiers, en leur transférant leurs statuts sociaux particuliers.

En prime, les efforts éployés, par notre prime valet, dans la lutte contre le mal de la corruption et du pourrissement, le trafic d’influence, les abus de pouvoir, la malversation et tutti quanti , de prime abord, ne sont que des réformettes-alibis, bien endimanchées et en plus cousues de fil blanc, supposées témoigner de sa crédibilité. En vérité, non seulement, il n’est pas décidé à changer quoi que ce soit, mais il s’ingénie à paupériser les pauvres et à enrichir les richards.

Certainly, il y a des something wrong dans sa tête !

C’est le temps de mettre à nu ce bougre ! Il n’est qu’un singe qui se vêtit d’une peau de tigre. (Comme a dit Victor Hugo).

واش فهمتوني أولى لا ؟

Mohammed Morchid le 16/01/2016 à 23h.
 



               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles