Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Tracés Nomades- Voyages à travers les écritures à Dar Bellarj: Voilà... | via @lemagMaroc https://t.co/GUkHh4g14o https://t.co/jGJNtDHv14



Mireille C - publié le Lundi 2 Février à 07:54

Benkirane à Davos: le Maroc constitue un modèle d'adaptation sociétale




Invité à s'exprimer sur le thème "les régions en transformation : le cas du monde arabe", le chef de gouvernement marocain M. Abdelilah Benkirane s'est félicité de la réussite du Maroc dans le processus d'adaptation sociétale, économique et sociale que le pays a connu ces dernières années. Un succès lié selon lui à une prise de conscience progressive mais globale du besoin d'œuvrer ensemble au développement du pays. Une prise de conscience salvatrice donc et qui devrait être, pour l'homme d'affaire et organisateur du New York Forum Richard Attias, favoriser et encourager par les grands leaders de ce monde, aujourd'hui bien en peine face aux transformations de nos sociétés et à la montée des communautarismes.



En effet, comme le soulignait récemment Richard Attias dans les colonnes des Echos, "un processus long de transformation planétaire travaille en profondeur toutes les échelles, tous les peuples et leurs cultures, toutes les dimensions des activités humaines [...] et les leaders des « Sud » ont changé beaucoup plus vite que ceux des « Nord ». La jeunesse des « Sud » est plus vive, aussi, que celle des « Nord ».

Des transformations parfois radicales qui peuvent laisser place à des tensions, des résistances et auxquelles les sociétés en question doivent s'adapter rapidement. "Les identités et les cultures ne seront pas celles d’hier, et encore moins définies dans le vocabulaire des « Nord », poursuit l'homme d'affaire pour qui le retour à l'apaisement généralisé passera nécessairement par une coopération accrue et une prise en compte du "nouveau contexte global".

Un contexte auquel le Royaume marocain a su s'adapter sans heurt malgré une situation géopolitique complexe dans une région en proie aux troubles et oppositions d'ordre religieux. Le Maroc a en effet su privilégier sur la base d'un consensus nationale, la coopération au détriment d'une confrontation destructrice. Une coopération perçue par Abdelilah Benkirane comme la seule voie envisageable pour une évolution positive de nos sociétés et cela aussi bien à l'échelle nationale qu'internationale.

Mais voilà que le "Nord" qui devrait se faire l'artisan d'une nouvelle intelligence collective, d’innovations radicales et de coopération proactive, s'enferme dans de vieux clichés de domination Nord-Sud dépassés, n'arrivant pas à inspirer une nouvelle vision partagée, économique et sociétale adaptée à tous.

Dans ce cadre, le Maroc est certes un exemple, et un exemple d'autant plus fort qu'il aura réussi par lui même à éteindre les conflits avant même qu'ils n'éclatent. Mais qu'en sera-t-il des autres pays du sud ? Qu'en sera-t-il si les pays du Nord ne parviennent pas à se détacher des discours consensuels de Davos pour proposer une véritable coopération entre des partenaires devenus égaux ?

Rappelons ici que Abdelilah Benkirane est encore à ce jour le seul islamiste à diriger un gouvernement dans le monde arabe. Les autres, Ennahda en Tunisie et les Frères musulmans en Egypte, ont été évincés respectivement par les urnes et l’armée. Une exception qui lui confère aujourd'hui d'autant plus de légitimité.


               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 10 Octobre 2016 - 19:04 L'école, écosystème

Jeudi 6 Octobre 2016 - 12:02 Des législatives 2.0