Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
DMN : Fortes pluies parfois orageuses de dimanche après-midi à lundi à... | via @lemagMaroc https://t.co/fMulX9kRJr https://t.co/WIPUGiCK7G


MAP - publié le Mardi 21 Octobre à 11:34

Benkirane : L'amélioration du climat des affaires sont au cœur des priorités du gouvernement



Casablanca - Le développement de l'entreprise et l'amélioration du climat des affaires sont au cœur des priorités du gouvernement, a souligné, lundi à Casablanca, le Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane.



S'exprimant lors d'une conférence-débat sous le thème "L'entreprise au cœur de la stratégie du gouvernement", M. Benkirane a fait savoir que ces priorités s'articulent autour de trois objectifs majeurs à savoir "engager les grandes réformes dont le Maroc a besoin sur les plans de la justice, de l'administration, des finances publiques, de la compensation et de la retraite, de l'éducation et de la formation, faciliter la vie à l'entreprise et améliorer le climat des affaires et réaliser une certaine justice sociale".

Le Chef du Gouvernement a, par la suite, relevé que les chantiers découlant de ces objectifs verseront, ensemble, dans l'intérêt à moyen et long terme de l'entreprise, eu égard au fait que cette dernière ne peut pas vivre à l'écart de son environnement.

"Le soutien des catégories les plus vulnérables, le rétablissement de l'équilibre des finances publiques, la réforme de la justice et des régimes de retraite, la généralisation de la couverture médicale, la réforme de la compensation et autant d'autres chantiers ont pour finalité de consolider notre économie, de préserver la confiance des partenaires internationaux en notre économie, de jeter les fondements d'une société jouissant de la stabilité et de l'égalité des chances, qui sont autant de facteurs qui contribuent à inciter à l'investissement et à réunir des conditions favorables pour le développement du tissu économique", a-t-il souligné.

Cette manifestation économique, organisée à l'occasion de la 13ème édition des 500 entreprises les plus grandes au Maroc, constitue une opportunité pour communiquer directement avec les entrepreneurs et les rapprocher de l'action du gouvernement en faveur du développement du tissu économique et de l'amélioration de la compétitivité de l'entreprise marocaine, qui représentent l'une des priorités les plus importantes du programme gouvernemental et auxquelles des chantiers importants ont été consacrés et qui commencent à porter leurs fruits, comme en témoignent l'image du Maroc de par le monde dans les différents rapports et classements publiés par les instances internationales de renom, a-t-il mis en avant.

C'est cette conviction qui a incité le gouvernement à œuvrer inlassablement pour réunir les conditions favorables à un véritable essor économique, tout en ayant à l'esprit la nécessité de préserver les équilibres sociaux et de permettre aux différentes catégories sociales de tirer profit des fruits de la croissance, conformément aux Hautes Orientations Royales, a ajouté le chef du gouvernement.

S'agissant de l'amélioration du climat d'affaires, M. Benkirane a ajouté que le gouvernement a pris plusieurs mesures en faveur de l'entreprise, dont "l'élaboration d'une charte nationale pour la réforme du système judiciaire, visant à consolider l'indépendance de l'autorité judiciaire, la moralisation du système judiciaire, le renforcement de la protection des droits et des libertés par la justice, l'amélioration de l'efficacité et de l'efficience de la justice, le développement des capacités institutionnelles du système judiciaire, la modernisation de l'administration judiciaire et le renforcement de sa gouvernance, la continuité des services publics tout en respectant le droit de grève, à travers la consécration du principe de la rémunération en contrepartie du service fait, la lutte contre l'absentéisme illégal et la proscription de l'occupation du domaine public".

Parmi ces mesures figurent également l'adoption du décret relatif au nouveau règlement de construction, afin de simplifier et de renforcer la transparence des procédures relatives aux autorisations de construction, aux permis d'habiter et à tout ce qui a trait à l'urbanisme, a-t-il poursuivi, notant que c'est sur la base de ce décret qu'a été mis en place le premier guichet unique d'urbanisme à Casablanca, la mise en place d'une réforme intégrée du secteur financier à travers l'accélération de la cadence de mise en œuvre de réformes qualitatives concernant ce secteur et qui contribuent à la diversification des produits financiers disponibles, au renforcement des institutions de surveillance et au renforcement de la compétitivité et du rayonnement de la place financière de Casablanca.

Le gouvernement a également accordé une priorité particulière à l'industrie à travers le lancement du Plan national pour l'accélération du développement industriel pour la période 2014- 2020, qui vise à accroître la part de l'industrie dans le PIB de 9 points, devant passer de 14 à 23 pc d'ici 2020, et à générer un demi-million d'opportunités d'emploi, a-t-il relevé notant que le gouvernement a proposé dans le projet de la loi de finances 2015 la création d'un fonds public pour accompagner le développement industriel et les investissements, doté d'une enveloppe budgétaire de 3 milliards de dirhams, avec pour objectif de le doter de 20 milliards de DH. Ce fonds constituera un pilier pour les entreprises et les secteurs à forte valeur ajoutée, qui développent une offre destinée à l'exportation ou génèrent davantage d'opportunités d'emploi.

Le gouvernement a également accordé une priorité particulière à l'industrie à travers le lancement du Plan national pour l'accélération du développement industriel pour la période 2014- 2020, qui vise à accroître la part de l'industrie dans le PIB de 9 points, devant passer de 14 à 23 pc d'ici 2020, et à générer un demi-million d'opportunités d'emploi, a-t-il relevé notant que le gouvernement a proposé dans le projet de la loi de finances 2015 la création d'un fonds public pour accompagner le développement industriel et les investissements, doté d'une enveloppe budgétaire de 3 milliards de dirhams, avec pour objectif de le doter de 20 milliards de DH. Ce fonds constituera un pilier pour les entreprises et les secteurs à forte valeur ajoutée, qui développent une offre destinée à l'exportation ou génèrent davantage d'opportunités d'emploi.

Et de préconiser que le gouvernement entend également poursuivre sa politique volontariste de consolidation de l'investissement public, soulignant que l'effort d'investissement global consenti par les différentes composantes du secteur public est prévu à 189 milliards de DH en 2015, contre 186 milliards de DH en 2014 et 165 milliards de DH en 2013.

En ce qui concerne les mesures exceptionnelles prises pour traiter les difficultés accumulées, M. Benkirane a fait savoir que ces mesures ont fait l'objet, depuis des années, de revendications nombreuses et incessantes de la part des représentants des entreprises afin d'alléger le fardeau de leur trésorerie, ajoutant que ces mesures se résument dans l'accélération des délais de remboursement de la TVA, l'annulation, en 2014, de la règle de décalage temporel relatif à la déduction de la TVA pour un coût ayant dépassé 1,1 milliard de DH, le règlement de la problématique du "butoir" relatif à la TVA, accumulée depuis des années, ce qui coûtera au budget de l'Etat 1,5 milliard de DH au titre de l'année 2014, l'allocation de 400 millions de DH aux programmes de soutien aux PME, contre 125 millions de DH auparavant, l'accélération du paiement, au profit des entreprises, des arriérés cumulés depuis des années sur des établissements, tels que les Académies régionales de l'éducation et de la formation (AREF) pour un montant de 3 milliards de DH et l'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE) pour un montant de 2 milliards de DH.

La réduction des arriérés de l'Etat au profit des sociétés d'hydrocarbures, qui ne dépassent guère 9,3 milliards de DH vers fin août 2014, contre près de 17 milliards de DH auparavant, la mise en place de l'indemnité pour perte d'emploi avec une contribution financière publique de 500 millions de DH contre 250 millions de DH prévue au départ, le traitement de la problématique chronique et complexe des contrats privés de formation, à travers la simplification et la clarification des procédures et la réduction des délais de remboursement des frais de formation ainsi que l'activation des dispositions relatives à l'attribution d'avances aux entreprises et la préparation d'un projet de loi relatif au nantissement des marchés publics et ce, en vue de renforcer les capacités de financement des entreprises qui œuvrent dans le domaine des marchés publics, la mise en place d'une charte qui encadre la procédure de recouvrement des créances publiques à travers l'avis à tiers détenteur (ATD), font partie de ces mesures, a précisé le chef du gouvernement.

Le gouvernement, a-t-il souligné, attend de l'entreprise qu'elle s'érige en force de proposition qui s'intéresse à la manière de traiter les entraves majeures auxquelles fait face l'économie nationale et qui a conscience, en toute responsabilité et impartialité, des rôles qui lui incombent notant que l'Exécutif s'attend à ce que l'entreprise "appuie et parraine la petite entreprise, qu'elle joue son rôle social et environnemental, qu'elle soit une entreprise innovante, novatrice et ouverte sur de nouveaux domaines générateurs d'une forte valeur ajoutée''.

"Le Maroc aspire aujourd'hui, comme cela a été souligné par Sa Majesté le Roi, à intégrer de manière définitive et méritée le club des pays émergents, ce qui requiert du gouvernement et de tous les acteurs, au premier rang desquels figure l'entreprise, d'œuvrer, main dans la main et dans une atmosphère de compréhension mutuelle, et de coopération pour servir l'intérêt suprême du pays", a-t-il conclu.

Ont assisté à ce rendez-vous économique, organisé par le mensuel Economie & Entreprises en partenariat avec Kompass Maroc, le ministre d'Etat, Abdallah Baha, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, le ministre de l'Energie, des mines, de l'eau et de l'environnement, Abdelkader Amara ainsi qu'une pléiade d'hommes d'affaires et d'entrepreneurs marocains.

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus