Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Bulletin de l'actualité économique de l'Europe Orientale: Turquie:... | via @lemagMaroc https://t.co/x0V5MJ29KH https://t.co/z3QmnHayLI


Leila Assam - LeMag - publié le Mardi 21 Janvier à 17:36

Benflis officiellement candidat à la présidentielle algérienne, le "défi le plus important" de sa vie




Lemag : L'ex-ministre algérien, Ali Benflis, a présenté officiellement sa candidature pour la présidentielle algérienne, sollicitant le soutien de ses compatriotes pour l'aider à relever le « défi le plus important » de sa vie.



Ali Benflis est, ainsi, le premier candidat à annoncer sa candidature après la convocation par le président algérien Abdelaziz Bouteflika, vendredi dernier, du corps électoral pour la présidentielle; Bouteflika qui n'a pas encore révélé ses intentions de briguer, ou non, un quatrième mandat.

Avocat de formation, Ali Benflis était ministre de la justice à la fin des années 1980 avant d'être démis de ses fonctions en 1991, lors de l'interruption du processus électoral contre lequel il se serait opposé. Il ressurgit en 1997, comme député, puis comme directeur de la première campagne électorale de Bouteflika, en 1999. Nommé chef de gouvernement l'année suivante, puis désigné à la tête du Front de libération nationale (FLN), le parti au pouvoir depuis l'indépendance.

Toutefois, un différend avec le président Bouteflika serait à l'origine de sa disgrâce et de son remplacement en 2003; souligne Le Monde. L'année suivante, persuadé qu'il bénéficie du soutien d'une partie de l'appareil sécuritaire, Benflis se présente à l'élection présidentielle, où il n'obtient que 6,42 % des voix.

Lors de l'annonce de sa candidature, Benflis s'est employé à souligner qu'il n'existait pas « d'homme providentiel » en Algérie et qu'aucun « groupe ou représentant de l'Etat » ne pouvait «prétendre ou détenir le monopole du patriotisme». Il a, au passage, également promis de lutter contre la corruption, «qui a connu ces dix dernières années des niveaux jamais atteints depuis l'indépendance», et de «Libérer le juge pour qu'il n'obéisse qu'à la loi et à sa conscience».




               Partager Partager


Commentaires