Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Afrique: la diplomatie algérienne multiplie les impairs à cause du... | via @lemagMaroc https://t.co/GvkvQIop7S https://t.co/fhLnSnexyU



Jamal Mossaddeq - publié le Mercredi 9 Octobre à 10:42

Ben KIRANE II et toujours pas de "cap" !






Jamal Mossaddeq
Jamal Mossaddeq
Alors que tout le monde espérait une nouvelle ère politique, sociale, économique et culturelle avec l’arrivée d’un nouveau gouvernement et d’une nouvelle constitution, les derniers événements ou plutôt les derniers couacs politiques laissent présager un gros risque de retour à la case départ.

Aujourd’hui, il y a un désaccord et un désamour entre la classe politique de ce pays (si classe politique il y a) et les citoyens. On attendait tous une rupture politique un renouveau, on a eu un effet de changement qui a été brisé comme les espoirs des électeurs qui ont porté le projet de ce gouvernement.

L’échec de cette expérience politique vient précisément d’un manque de courage mais aussi d’une incohérence qui a marqué les décisions de ce gouvernement et qui a abouti à l’éclatement de la majorité parlementaire. L’ensemble des réformes structurantes ont été avortées ou arrêtée à mi-chemin faute de courage et de volonté politique : la réforme des retraites, la réforme fiscale, la réforme de l’enseignement supérieur, la santé, etc.

Le chef du gouvernement a du mal à définir un cap, ça fait maintenant plus d’un an qu’on attend les grandes lignes d’un nouveau projet politique, économique, social et culturel. Le manque de visibilité semble affecter le climat social et celui des affaires. Dans une conjoncture instable et morose, la débâcle politique risque de pénaliser la compétitivité de notre économie et de ralentir le processus de croissance.

L’échec ne date pas d’aujourd’hui et dont le gouvernement BEN KIRANE n’est évidement pas le seul responsable. Les gouvernements précédents ont creusé le déficit économique et éthique du pays et ils ont bloqué la dynamique de la réforme.

Le problème de fond, c’est que la culture politique de ce pays doit opérer un changement radical et sortir de cette polarité idéologique stérile et stérilisante. La classe politique doit cesser sa conquête du pouvoir et opter pour une cohésion, un pacte national en vue de réussir la transition et d’instaurer une gouvernance basée sur : la démocratie, l’éthique, l’innovation, la compétitivité et la participation.


Tagué : Jamal Mossaddeq

               Partager Partager