Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy


MAP - publié le Jeudi 29 Janvier à 11:34

Banque mondiale : La chute des cours du pétrole aura des conséquences significatives sur la région MENA



Washington - La baisse de plus de 50 pc des cours du pétrole aura d'importantes conséquences pour les pays de la région du Moyen-Orient et d'Afrique du nord (MENA), selon le bulletin trimestriel d'information économique de la Banque mondiale publié mercredi à Washington.



La chute des prix de l'or noir, qui sont passés de 115 dollars le baril en juin 2014 à moins de 50 dollars actuellement, devrait engendrer des gains pour les importateurs de pétrole tels la Jordanie, la Tunisie, le Liban et l'Egypte, indique un communiqué de l'institution de Breton de Woods.

"Les importateurs de pétrole bénéficieront de la diminution de la facture des importations de pétrole et du montant des subventions aux carburants tandis que les exportateurs, dont certains tirent 80 pc de leurs revenus du pétrole, perdront des recettes d'exportation et des recettes budgétaires", explique Shanta Devarajan, économiste en chef de la BM pour la Région MENA, citée dans le communiqué.

D'après la même source, les balances commerciales de ces pays pourraient s'améliorer de jusqu'à 2 pc de leur PIB, alors que les pays exportateurs de pétrole afficheront probablement des déficits budgétaires et leurs comptes des transactions courantes plus importants ou des excédents nettement plus faibles.

Le communiqué relève à cet égard que l'Iran et l'Iraq, deux pays producteurs du pétrole, pourraient subir une dégradation de leur balance commerciale pétrolière (exportations nettes de pétrole) de plus de 10 pc de leur PIB en 2015. 

Les pays exportateurs membres du Conseil de coopération du Golfe, eux, se trouvent dans une situation nettement plus favorable car ils disposent d'amples réserves, estime encore la Banque.

Par ailleurs, la Banque mondiale indique que la baisse des prix du pétrole pourrait ralentir probablement la croissance mais n'entraînera pas une baisse des envois de fonds.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara