Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Marie Brizard Wine & Spirits, veut vendre ses vins et spiritueux,... | via @lemagMaroc https://t.co/RZLvMN1gE2 https://t.co/6OPOAgMKZY



Belkouch Hicham - publié le Vendredi 14 Août à 10:39

Aujourd'hui, j'ai quitté Paris pour Tel-Aviv






Aujourd'hui, Jeudi 13 Août 2015, et comme chaque journée de la semaine, j'ai quitté le bureau en fin d'après-midi. Sauf que je ne suis pas rentré chez moi, je me suis dis pourquoi ne pas faire un petit voyage à Tel-Aviv.

Je pris le RER jusqu'à Charles De Gaules, pour arriver quelques minutes après devant les portes de l'aéroport et embarquer dans l'avion qui m'emmena à Tel-Aviv. En l’occurrence, je ne comprenais pas pourquoi l'avion était blindé, je me suis dis que peut être c'était juste parce qu'on était en Août et que, par hasard, nombreuses étaient les personnes qui avaient choisi la même destination que moi.

Arrivé à destination, je sortis de l'aéroport, je marchai durant quelques minutes pour arriver à l'entrée de la ville, et c'est là que j'ai trouvé un regroupement de personnes qui faisaient la queue. Je demandai à une vieille femme qui était à côté de moi "Excusez moi madame, mais pourquoi est-ce qu'il y a tant de monde ?" Elle me répondit "C'est normal mon fils, comme il y a des Check Point devant chaque passage, c'est toujours aussi blindé comme ça pour entrer et sortir de Tel-Aviv".

Après une trentaine de minutes au milieu de la foule, mon tour arriva et je me dis "pas la peine d'avoir peur Hicham, tu n'as qu'un vieux PC dans ton sac à dos", et c'est là que je me suis rappelé que j'avais un pendentif de Handala autour du cou ... Heureusement que j'y ai pensé à temps pour avoir le réflexe de le mettre sous mon T-shirt ... Je m'avançai, le flic fouilla mon sac et me laissa passer ... Ouf ! Enfin arrivé !

Au milieu de la foule, je marchai sans savoir vers où, mais tout le monde avait l'air joyeux de dépasser le Check point, comme s'ils avaient réussi une mission.

Soudainement, tout le monde s'arrêta, je ne comprenais pas, du coup je me suis avancé un peu pour comprendre ce qui se passait devant, et je trouvai qu'il n y avait plus de passage, et qu'on était devant une rive. Stupéfait, je demandai à une personne qui était à mes côtés "Mais où sommes-nous ?", il me répondit "Nous sommes devant la Seine, à Paris" ...

En fait, je n'avais jamais pris le RER pour Charles De Gaules, mais c'était le métro pour aller à "Paris Plage". Il y avait certes beaucoup de gens qui prenaient la même destination que moi, mais ce n'était pas à bord de l'avion, mais dans le métro. J'ai bien sur fait la queue devant un Check point, j'ai été fouillé, j'ai caché mon pendentif de Handala, mais ce n'était pas à l'entrée de Tel-Aviv, c'était pour accéder au quai du Pont Neuf. Je n'étais pas parti à Tel-Aviv, mais à#TelAvivSurSeine.

Je commençai à marcher un peu au bord de la Seine, il y avait énormément de drapeaux palestiniens, des banderoles où y avait écrit "Free Palestine" et des militants qui reprenaient des chansons de Marcel Khalifa. De l'autre côté, il y avait un autre groupe de personnes que je n'ai pas pu voir, vu qu'il était "protégé" par les flics qui bloquaient le passage.

Après avoir fait le tour, je pris la direction de la station de métro. Sur la route, j'entendis un bruit derrière moi. En me retournant, je vis deux personnes qui étaient à deux doigts de se taper dessus. En me rapprochant, je compris qu'ils ne s'étaient pas mis d'accord sur la question israélo-palestinienne. Une femme se retourna vers moi en chuchotant avec toute innocence "Le monsieur arabe a raison (je ne sais pas comment elle a su qu'il était arabe d'ailleurs), ce n'est pas juste ce que fait l'Etat d’Israël, mais nous en France, on ne peut pas dire ça". Je lui répondis " Excusez moi madame, je peux comprendre ce sentiment de culpabilité qu'ont les européens par rapport à ce qui s'est passé avec le peuple juif lors de la deuxième guerre mondiale. Sauf que cette culpabilité ne doit pas vous aveugler. L'Histoire se rappellera, qu'au nom de la "réconciliation" avec le peuple juif, certains dirigeants ont préféré fermer les yeux sur les crimes causés par un Etat colonisateur, plutôt que de regarder la vérité en face ... J'espère que vous ne serez pas de leur côté ".

En rentrant chez moi, il commença à pleuvoir sur Paris. Comme si le ciel avait commencé à verser des larmes sur la Seine pour nous rappeler qu'il y a à peine un an, quatre enfants palestiniens ont été tués sur la plage de Gaza par des missiles israéliens.

#TelAvivSurSeine



https://hichambelkouch.wordpress.com/2015/08/13/aujourdhui-jai-quitte-paris-pour-aller-a-tel-aviv/


Tagué : Belkouch Hicham

               Partager Partager