Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



khalid benslimane - publié le Lundi 8 Juin à 00:00

Au son du fifre et du biniou...




« Aimons nous les uns les autres… ». Oui, sans aucun doute, était-ce là l’essentiel du message d’Obama à l’intention de la communauté musulmane avec cependant beaucoup de contradictions, dans l’ordre chronologique du discours général du président depuis son accession au pouvoir.



Au son du fifre et du biniou...
Des contradictions d’autant plus fortes qu’elles véhiculent une aseptisation du propos nécessaire a l’aplanissement des aspérités idéologico-socio-culturelles faisant entrave à la mise sous le joug d’un capitalisme mutant vers sa forme la plus monstrueuse : « l’ordre mondial ».

Sans doute que personne ne serait contre une unification de l’espèce si le but était sincèrement l’avènement d’une paix mondiale pour le bien-être de « tous » et non pour le vénal bien d’une élite insatiable motivée par son seul rêve de puissance. Malheureusement les faits démentent l’intention malgré tout le poids de la dose optimiste injectée dans le discours d’Obama. Un discours qui, en filigrane, fait office de vaseline pour mieux subjuguer le monde.

http://www.humanite.fr/Discours-du-Caire-Obama-inaugure-la-nouvelle-diplomatie-americaine

En qualifiant de « séculaire » l’inimitié entre les Etats-Unis et le monde arabo musulman, <a href="http://www.humanite.fr/Discours-du-Caire-Obama-inaugure-la-nouvelle-diplomatie-americaine" target="_blank"><strong>l’Humanité</strong> (pour l’exemple) </a> (pour l’exemple) illustre l’étendue du désastre « révisionniste » qui sévit au sein d’une presse au clanisme croissant, amenant à fausser chez les lecteurs la perception relationnelle de l’autre, poussant le vice jusqu’à ériger une composante religio-culturelle au stade de nation. A entendre ce genre d’inepties on croirait que les invasions arabes sont allées jusqu’à la côté ouest des états unis d’Amérique et que les croisés de l’époque n’étaient rien d’autre que des G.I’s.

Oui, parallèlement à des mots « gentils » une action implacable est menée sur le terrain à coups de « révisionnisme » grossier où l’histoire de l’humanité débute un 11 septembre. Sous l’ombre de formules autant insidieuses que ronflantes de stéréotypes éculés une géostratégie sanguinaire est mise en branle.

A l’heure où Obama, au son du fifre, pacifie par la parole, les stratèges américains préparent la guerre contre l’Iran afin de mieux encercler ce qui reste d’une URSS à l’origine quand même des armes ayant causé la déconfiture d’Israël face au Hezbollah. La guerre du Liban n’était qu’un épisode « avorté » d’un nouveau découpage du monde en train de se regrouper en « blocs ». La guerre froide est de retour, plus pernicieuse que jamais, et froide elle ne le restera pas longtemps vu que quelque part, à l’envers de paroles doucereuses, des mains invisibles- au son du biniou, ont décidé une accélération « brutale » de la sanctification de leur règne.

En attendant, la presse bat le tambour…


               Partager Partager