Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Marie Brizard Wine & Spirits, veut vendre ses vins et spiritueux,... | via @lemagMaroc https://t.co/RZLvMN1gE2 https://t.co/6OPOAgMKZY



Adam Sfali - Lemag - publié le Jeudi 2 Mai à 09:15

Ashton : Les observateurs internationaux voulant visiter le Sahara doivent être de bonne foi




Lemag : Catherine Ashton a donné réponse à une question écrite de l'eurodéputé italien Marco Scurria du Groupe PPE au sujet du refoulement par les autorités publiques marocaines de quatre parlementaires européens pro-Algérie.



Catherine Ashton
Catherine Ashton
«Face aux difficultés rencontrées en ce qui concerne la question du Sahara, les parties devraient faire des efforts pour permettre une approche plus constructive».

Ainsi a déclaré la haute représentante de l'Union européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, Catherine Ashton concernant les récents développements du processus de paix au Sahara.

Donnant réponse à une question écrite de l'eurodéputé italien Marco Scurria du Groupe PPE, au sujet du refoulement par les autorités publiques marocaines de quatre parlementaires européens pro-Algérie, Ashton a indiqué que la meilleure approche constructive, passe par le dialogue et l'autorisation des observateurs internationaux quand ils sont de bonne foi, à visiter la région du Sahara.

Marco Scurria
Marco Scurria
Catherine Ashton a dit aussi qu'elle est au fait des circonstances dans lesquelles les députés pro-Algérie qui comptaient se rendre au Sahara ont été refusés par les autorités marocaines, ajoutant que cette question sera abordée avec les autorités marocaines.

L'eurodéputé italien se demandait dans sa lettre comment se fait-il que le Maroc lié par des accords avec l'UE, puisse restreindre le mouvement à des députés européens?

A noter que les visites des députés de tout parlements au monde dans des pays étrangers sont régi par des règlements et accords diplomatiques, stipulant le passage nécessaire par l’autorisation de leur assemblée et de celle du parlement marocain, dispositions que les 4 eurodéputés pro-Algérie refoulés n’avaient pas observé.

               Partager Partager


Commentaires