Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
DMN : Fortes pluies parfois orageuses de dimanche après-midi à lundi à... | via @lemagMaroc https://t.co/fMulX9kRJr https://t.co/WIPUGiCK7G


Lemag - Agence - publié le Mardi 8 Avril à 16:13

Appel au Maroc pour historiographier la descendance des mauresques expulsés d'Espagne ou christianisés



Tanger - Les participants à un colloque international tenu à Tanger sur les descendants des mauresques et andalous expulsés d'Espagne ou christianisés, ont appelé à renforcer les recherches sur l'histoire de ces populations et le patrimoine culturel commun du Maroc, de l'Espagne et du Portugal, rapporte la MAP.



Les historiens et experts réunis lors de ce colloque, organisé par la Fondation Al-Idrissi pour la recherche historique, archéologique et architecturale, le Centre culturel islamique de Valence et le Club de l'Unesco à Tanger, ont mis l'accent sur la difficulté de reconstitution du cheminement historique des descendants d'Al-Andalus, notamment dans la péninsule ibérique où ils ont été christianisé et dû renoncer à une grande partie de leur culture et traditions, rapporte la MAP.

Lors de cette rencontre, qui se poursuivra jusqu'au 10 avril, Amparo Sanchez Rosell, représentante du Centre culturel islamique de Valence, a souligné l'importance d'une bonne connaissance de l'histoire pour forger un avenir commun aux pays de la région, notant que plusieurs zones d'ombre subsistent quant à l'histoire des descendants musulmans et juifs d'Al-Andalus, liés particulièrement aux horreurs de la période de l'inquisition et au déracinement des populations expulsées d'Espagne après la chute du Royaume de Grenade.

Renforcer les recherches sur cette période ne revêt pas seulement un intérêt scientifique et historique, mais participe à l'amélioration de la connaissance mutuelle entre les peuples de cette région de la Méditerranée et contribue à la réparation des erreurs du passé, à travers la réhabilitation de la mémoire des familles issues de cette période tumultueuse, et conservent jusqu'à nos jours un certain nombre de traditions et caractéristiques partagées par les pays de la région, a-t-elle ajouté.

De son côté, le président du Club de l'Unesco à Tanger, Mohamed Semlali, a relevé le sort tragique des mauresques et descendants d'Al-Andalus, victimes de l'une des époques les plus sombres de l'histoire, notant que ce colloque s'inscrit dans le cadre des initiatives visant à multiplier les recherches sur le passé et le présent de ces populations qui ont trouvé refuge au Maroc et dans d'autres pays méditerranéens ou qui sont restés en Espagne après leur christianisation.

Il a, dans ce sens, appelé à faire de ce colloque le point de départ d'une collaboration fructueuse entre les chercheurs marocains, espagnols et portugais intéressés par l'histoire commune des pays de la région.

Cette rencontre a été marquée par la présentation de plusieurs études et exposés sur l'histoire des populations originaires d'Al-Andalus et leur influence culturelle, artistique et politique dans plusieurs régions du monde, notamment le Maghreb, la péninsule ibérique, la Méditerranée, le Sahara et l'Amérique Latine.

Le programme de cette rencontre se poursuit avec des activités culturelles annexes et des visites thématiques, retraçant l'itinéraire des andalous exilés dans le Nord du Maroc et mettant l'accent sur leur influence sur le plan culturel, artistique et architectural de la région.

               Partager Partager

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus