Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


MAP - publié le Jeudi 19 Mars à 16:17

Appel à Rabat à concilier politique de la concurrence et politique industrielle



Rabat - Les participants à une conférence sur la "Politique de la concurrence et politique industrielle, vecteurs de la croissance économique", organisée, jeudi à Rabat, ont souligné l'importance de concilier la politique de la concurrence qui stipule la libéralisation du marché et la politique industrielle à travers laquelle l'Etat stimule et régule son économie.



Abdelali Benamour
Abdelali Benamour
Cette conférence, organisée par le Conseil de la concurrence avec la participation d'acteurs économiques marocains et étrangers, a été l'occasion de présenter l'expérience marocaine en matière de conciliation de la politique de la concurrence et de la politique industrielle et de jeter la lumière sur les dysfonctionnements observés dans la mise en application de ces deux politiques au Maroc. 

Intervenant à cette occasion, le président du conseil de la concurrence, Abdelali Benamour a indiqué que la concurrence en tant que valeur sociétale, qui met en évidence l'idée du mérite sans rentes non justifiées ou rentes indues, soulève deux questionnements: le premier ayant trait au fait que la concurrence peut générer l'exclusion de ceux qui n'arrivent pas à se positionner dans la course au mérite, alors que le deuxième concerne le fait que le libre jeu de la concurrence peut ne pas suffire pour faire décoller certaines initiatives ou certains secteurs et activités.

Il a, à cet égard, relevé que le droit de la concurrence admet des exceptions sociales signifiant la nécessité d'aider les économiquement faibles, ainsi que des exceptions économiques relatives à l'aide de l'Etat dans certains domaines, tels que les petites et moyennes entreprises (PME),"même si cela va à l'encontre de la logique du marché", notant que ces exceptions demeurent conditionnées par des objectifs à atteindre et un timing à respecter.

M. Benamour a fait savoir que les exceptions d'ordre économique sont généralement englobées sous l'appellation "politique industrielle", s'interrogeant sur "jusqu'à quel niveau peut-on admettre ces exceptions, les moyens de concilier entre la politique de la concurrence et la politique industrielle et les conditions à respecter pour que la politique industrielle ne travestisse pas la logique du marché et conduise vers une économie rentière".

De son côté, le président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), Nizar Baraka a précisé qu'une politique d'ouverture et de libre concurrence permet, d'une part, aux consommateurs de renforcer leur pouvoir d'achat et, d'autre part, aux opérateurs industriels d'entrer dans une logique de compétitivité réelle et, donc, d'efficience et d'amélioration continue. 

M. Baraka a, de même, souligné la nécessité de poursuivre la mise en œuvre du plan d'accélération industrielle qui vise à favoriser le développement d'écosystèmes productifs permettant une meilleure intégration des filières, et de renforcer le dispositif de défense commerciale qui permette d'appliquer des règles de réciprocité et de lutter contre le dumping sous toutes ses formes.

Il a, par ailleurs, ajouté qu'il existe un vaste chantier dans lequel la politique de la concurrence a un rôle important à jouer, qui concerne l'intégration progressive de l'informel au sein d'une économie ou les règles du jeu sont applicables à tous et par tous.

L'ancien vice-président de la Commission Européenne et ancien Commissaire Européen à la concurrence, Joaquin Almunia a, pour sa part, estimé qu'il est inconcevable d'imaginer une économie forte sans une contribution dynamique de l'industrie, ajoutant que la politique de la concurrence ne va pas à l'encontre de la réalisation d'une industrie performante, mais représente plutôt une de ses conditions. 

Le programme de cette conférence a été marqué par la présentation de deux autres interventions sur "Comment concilier politique de la concurrence et politique industrielle dans les pays en développement?" et "Problématique de base et expérience mondiale en termes de synthèse entre politique de la concurrence et politique industrielle".

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara