Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


AFP - publié le Jeudi 29 Mai à 18:20

Anouzla condamné dans une seconde affaire





Le journaliste marocain Ali Anouzla, poursuivi depuis plusieurs mois pour "terrorisme", a indiqué jeudi avoir été condamné en appel à un mois de prison avec sursis dans une autre affaire, pour "diffamation" et "atteinte à des institutions publiques", sur plainte du ministère de l'Intérieur.

En avril 2013, plusieurs sites internet avaient assuré que M. Anouzla avait mis fin à ses jours avant que le journaliste ne démente la rumeur, accusant les sites en question d'être "proches des services de renseignement". 

Ces services "assument toute la responsabilité s'il m'arrive quoi que ce soit", avait ajouté le journaliste.

Le ministère de l'Intérieur avait réagi dans un communiqué en démentant toute implication dans cette "rumeur" du suicide de M. Anouzla, avant de demander au parquet de Rabat d'ouvrir une enquête sur "les accusations" du journaliste.

Alors qu'en mars la plainte du ministère avait été rejetée en première instance "pour vice de forme", la cour d'appel a prononcé jeudi une peine d'un mois de prison avec sursis et 5.000 dirhams d'amende (environ 470 euros), a déclaré à l'AFP Ali Anouzla.

Il a affirmé n'avoir pas été mis au courant de cette nouvelle audience en appel, et dénoncé une "justice qui n'est pas indépendante".

M. Anouzla est poursuivi dans une autre affaire, à la suite de son arrestation en septembre 2013 pour avoir publié sur la version arabophone du site Lakome, qu'il dirige, un lien vers une vidéo d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) appelant au jihad, dans le cadre d'un article consacré à ce document inédit.

Inculpé pour "aide matérielle", "apologie" et "incitation au terrorisme", il est sorti de prison après un mois de détention et une campagne de mobilisation au Maroc et à l'étranger.

Il doit néanmoins de nouveau être auditionné par un juge d'instruction, à une date indéterminée: prévue le 20 mai, cette dernière audition en date a été reportée sine die.

               Partager Partager


Commentaires

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara