Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



Agence - publié le Vendredi 8 Janvier à 00:00

Anniversaire de l'attaque contre Charlie Hebdo : la violence "court toujours" en France






Anniversaire de l'attaque contre Charlie Hebdo : la violence "court toujours" en France
Le 7 janvier 2016 est le premier anniversaire de l'attaque contre Charlie Hebdo. Parallèlement, le magazine satirique vient de publier une édition spéciale pour l'anniversaire de l'attaque qu'il a subie. Sur sa couverture se trouve une caricature qui correspond au style provocant du magazine : un homme barbu avec du sang sur les vêtements et un fusil kalashnikov dans le dos. Le titre de cette caricature reste dans l'esprit du journal : "un an plus tard, l'assassin court toujours". En plus d'un rappel que la page des attentats survenus le 13 novembre n'a pas encore été fermée, le dernier meurtrier djihadiste étant toujours en fuite, le titre servirait de prévision plus sombre : davantage de violences sont à prévoir.

Ce pessimisme n'est pas sans raison, puisqu'une nouvelle attaque terroriste s'est produite un an jour pour jour après la tuerie de Charlie Hebdo. Un individu portant une ceinture d'explosifs factice et armé d'un couteau de boucher a tenté d'entrer dans un commissariat du 18e arrondissement. La police a trouvé sur lui, après l'avoir abattu, un papier mentionnant, en arabe, qu'il avait prêté "allégeance" à Daech.

L'année 2015 fut, pour la France, une année d'horreur et de chagrin. Les attaques terroristes, accomplies ou non, se sont succédées du début de l'année jusqu'à sa fin. Outre les attaques contre Charlie Hebdo, au Stade de France et au Bataclan, il ne faut pas oublier l'attentat contre l'usine chimique qui a fait un mort, ainsi que la tentative d'attentat dans un train Thalys qui reliait Amsterdam et Paris.

Après toutes ces douleurs et les condamnations envers les terroristes, il nous faut maintenant réfléchir à la raison pour laquelle la France est visée.

Le services de sécurités sont souvent critiqués par les Français, des actes tels que des vols, des voitures brûlées ou des dérapage lors de manifestations étant rarement réglés de manière rassurante. Dans un article de The Guardian, on a pu lire que la menace des attaques terroristes était sous-estimée. Des livres et documentaires mettent en question la réponse des autorités aux imprévus, faisant allusions aux défaillances potentielles à l'égard du renseignement.

Charlie Hebdo est un magazine connu pour ses caricatures satiriques qui touchent souvent des sujets politique et religieux. Bien que son style puisse être "humoristique et ironique" aux yeux de la majorité, il constitue malheureusement parfois des blasphèmes et des provocations pour les croyants, qu'ils soient musulmans, juifs ou chrétiens.

Cible proéminente depuis la publication de caricatures du prophète Mahomet, ce qui a entraîné une attaque à la bombe incendiaire en 2011, les bureaux de Charlie Hebdo étaient placés sous protection. Mais avant l'attaque de janvier, selon Europe 1, la voiture de police qui avait été installée à l'extérieur du bureau avait été remplacée par des patrouilles à pieds. La femme d'une victime a prétendu lors d'une interview que "cela a accordé aux djihadistes une opportunité 'extraordinaire'".

La situation préoccupante concernant l'insertion sociale des musulmans, surtout celle de la deuxième ou de la troisième génération, serait aussi un facteur qui "aurait contribué" à l'attaque. D'après FENG Zhongping, vice-Directeur de l'Institut des relations internationales contemporaines de Chine, la gestion des minorités doit être prise en considération : en France, les musulmans sont concentrés dans de petites communautés. Le sentiment d'être marginalisés se répand sans obstacle au sein de ces communautés, et cette situation s'est aggravée suite à l'afflux de réfugiés syriens.

Selon ZHOU Hong, ancienne présidente de l'Institut de la recherche européenne dans le cadre de l'Académie des sciences sociales de Chine, le véritable bénéficiaire de cette série de violence s'avère être l'extrême droite, dont le Front national, qui a étonné tout le monde par sa popularité lors des récentes élections régionales. Le retour de tels partis va mener à des changements substantiels qui pourraient bouleverser la pratique actuelle : l'entrée des réfugiés sera étranglée par la mise en oeuvre de nouveaux règlements sur la gestion des frontières, y compris celles des pays membres de l'UE et celles de l'Union européenne.

D'une idée interventionniste, la France s'attelle depuis longtemps à lutter contre le terrorisme. Depuis le mandat de Nicolas Sarkozy, la France s'est toujours battue sur le front anti-terroriste, notamment en Libye, prenant ainsi le rôle de "pionnier". Même si François Hollande est l'adversaire politique de son prédécesseur, cela ne l'a pas empêché de prendre des mesures actives et intransigeantes au sujet de l'anti-terrorisme. Fin septembre 2015, la France a commencé à effectuer des attaques aériennes contre Daech sur le territoire syrien afin de répondre aux "menaces terroristes". La position inflexible de la France la fait figurer au sommet du classement concernant les pays sous la menace d'une attaque.

Si on va encore plus loin, il est évident que les attaques que la France a subies puissent aussi être liées à sa coopération précédente avec les Etats-Unis, qui ont été et sont encore aujourd'hui vivement critiqués pour leur implication militaire au Moyen-Orient, que certains ont qualifié d'avoir entraîné la prolifération du terrorisme dans la région.



               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles