Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


AFP - Philippe GRELARD - publié le Mercredi 30 Décembre à 11:10

Année 2015 - Platini, du boulevard à l'impasse



Paris - Quand il s'est déclaré candidat à la présidence de la Fifa le 29 juillet, Michel Platini était sur la voie royale; cinq mois plus tard, il est suspendu pour huit ans et devra sans doute renoncer à se présenter à l'élection du 26 février.



Michel Platini
Michel Platini
Au-delà de la présidence de la Fifa, Platini, patron déchu de l'UEFA, risque de devoir tirer un trait sur toute activité dans le football. Et ne pourra sans doute pas assister à "son" Euro, organisé en France du 10 juin au 10 juillet 2016, 32 ans après celui que lui et les Bleus avaient remporté à domicile en 1984.

"Je n'ai aucune certitude sur le calendrier à venir", a concédé le Français de 60 ans dans un entretien exclusif à l'AFP, au lendemain de sa suspension par la Commission d'éthique de la Fifa le 21 décembre. Car malgré sa volonté de faire appel, le calendrier est extrêmement serré.

Comment en est-on arrivé là ?

Tout part de ce fameux paiement controversé de 1,8 M EUR reçu en 2011 de Joseph Blatter (président démissionnaire de la Fifa aujourd'hui suspendu 8 ans lui aussi) pour un travail de conseiller achevé en 2002. Un reliquat réglé sans contrat écrit, qui a d'abord intrigué la justice suisse. Cette dernière a entendu Platini comme témoin assisté et a mis en examen Blatter, à qui il est également reproché un contrat de droits TV déloyal envers la Fifa. 

- 'Elle dormait?'

Pour les juges instructeurs de la Fifa, il y avait soupçon de corruption. Car 2011, l'année du versement, est aussi celle où Blatter est réélu pour un 4e mandat sans candidat de poids en face de lui, Platini par exemple. Au final, la charge de corruption n'a pas été retenue, au contraire de celles d'"abus de position", "conflit d'intérêt" et "gestion déloyale".

Le camp de l'ancien meneur des Bleus a dénoncé une manoeuvre pour l'empêcher de se présenter à la tête du football mondial.

"Elle a fait quoi la commission d'éthique de la Fifa entre 2011, quand j'ai été payé, et 2015 ? Elle dormait ? Tout d'un coup elle se réveille... Ah oui, elle se réveille une année d'élection à la Fifa quand je me présente! C'est très étonnant!", a ironisé Platini dans l'entretien accordé à l'AFP. 

La date-butoir du dépôt des candidatures à la succession de Blatter est fixée au 26 janvier, un mois avant l'élection. D'ici là, Platini doit d'abord faire appel devant la chambre de recours de la Fifa, qui a de fortes chances de confirmer la sentence, avant de se tourner vers le Tribunal arbitral du sport (TAS), la plus haute juridiction sportive.

- Roubles, livres, dollars


Il envisageait initialement de sauter la première case et d'aller directement devant le TAS. Mais la Fifa ne lui a pas donné son accord, indispensable à cette procédure. Les conseils de l'ancien crack de la Juventus ont dénoncé "un sabotage procédural visant à confisquer l'élection à la présidence".

Persuadé qu'il était condamné d'avance, le Français n'avait même pas assisté à l'audience qui a ensuite conduit à sa suspension, laissant ses avocats le défendre.

Pourtant fin politique à l'UEFA, Platini a-t-il fait preuve de légèreté dans l'affaire du versement qui lui vaut sa chute? Il avait raconté en ces termes la genèse du contrat oral, dans un entretien au journal Le Monde en octobre: "+Combien tu veux?+, demande Blatter. Je réponds: +Un million+. +De quoi?+, +De ce que tu veux, des roubles, des livres, des dollars.+ A cette époque, il n'y a pas encore l'euro. Il répond: +D'accord, un million de francs suisses par an.+"

Le 10 juin, pour l'ouverture de l'Euro, le triple Ballon d'Or aurait dû assister à France-Roumanie depuis les tribunes du Stade de France, dans son costume de président de l'UEFA voire de la Fifa. Au lieu de ça, il risque de devoir regarder le match chez lui, devant sa télé, loin du monde du foot.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara