Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


Abdelali Najah - publié le Jeudi 10 Juillet à 16:44

André Baudin et Philippe Jérôme pour "Une histoire populaire de la Côte d'Azur"



Il s'agit du quatrième tome (1968-2000) d'une saga intitulée "Une histoire populaire de la Côte d'Azur" qu’André Baudin a écrite avec son confrère Philippe Jérôme, en s’inspirant du travail de l'historien américain Howard Zinn. Ce dernier a écrit l'histoire populaire des Etats-Unis à partir de celle des minorités américaines (indiens, noirs, latinos, etc) qui sont à l'origine de ce pays.



L’histoire de la Côte d'Azur, qui démarre avec le rattachement du Comté de Nice à la France en 1860 jusqu'à l'an 2000 et la signature du Traité de Nice qui consacre la fin de l'indépendance nationale, est celle des gens du peuple qui n'apparaissent pas ou peu dans les livres d'histoire. Un journaliste de Nice-Matin a très bien résumé cette saga en écrivant : "Ce n'est pas l'histoire des gens qui ont vécu dans les grands palaces de la Côte mais celle de ceux qui les ont construits".

« Ce n'est pas en effet la même histoire ! » car le quatrième tome traite de la période 1968 – 2000. Après un « non » franc et massif au général de Gaulle en 1969, la Côte d’Azur change de visage avec l’arrivée des multinationales, la naissance de Sophia Antipolis, l’explosion du tourisme de luxe et d’affaires et une spéculation immobilière effrénée. Une grande espérance populaire naît cependant avec la signature du Programme commun. Elle renforce la lutte des salariés contre le déclin de l’économie régionale et conduit à l’élection, en 1981, de François Mitterrand à la présidence de la République et de deux députés socialistes à Nice. L’entrée au gouvernement de quatre ministres communistes, synonyme de nouvelles avancées sociales comme la retraite à 60 ans, suscite bien des espoirs de changement. Ils seront vite déçus. Deux ans après, le PS prend le virage de la « rigueur » néolibérale. Ce qui ne sera pas sans incidence sur le climat politique de la Côte d’Azur qui, après la « guerre des casinos », va vivre au rythme des affaires de corruption. Jacques Médecin, le sulfureux maire de Nice, impliqué dans l’affaire de la Serel qui lui vaudra son extradition d’Uruguay où il s’est réfugié en 1990, et Michel Mouillot, « le Kennedy de la Croisette », termineront leurs carrières politiques dans les geôles de la République. Encouragé par les tenants du « système Médecin », le Front national, prolifère sur fond de désespérance populaire et de racisme ordinaire favorisé par le jumelage honteux de Nice avec Capetown, la capitale de l’apartheid. Pendant les grandes grèves de 1995, 50 000 personnes défilent néanmoins dans les rues de Nice contre les mesures régressives du « plan Juppé ». Ce qui conduit Jacques Chirac, à dissoudre l’Assemblée nationale et, après des élections victorieuses pour la gauche, à nommer un Premier ministre socialiste. Lionel Jospin fait entrer des ministres communistes et écologistes au gouvernement. Mais celui-ci, malgré l’instauration des 35 heures, deviendra impopulaire par ses privatisations et ses reniements sur l’Europe avec la signature du Traité de Nice dans une ville en état de siège pour canaliser la protestation de milliers de manifestants signifiant que l’Histoire n’est pas finie car : « Un autre monde est possible ! »

Journaliste et écrivain « du Sud », André Baudin a exercé dans plusieurs journaux méditerranéens (Le Provençal, Nice-Matin, Var Matin), dirigé une radio (Radio Maritima) et assuré la rédaction en chef de la revue Art Sud. Parmi les ouvrages dont il est l’auteur : Le Mondial Bleu (Autres Temps), Le séisme marseillais (La Table Ronde) et Le syndrome Tapie (Ramsay), avec Jean-Louis Levreau, L’épopée incertaine (Transbordeurs), Venise (Transbordeurs), Saltimbanque (L’Harmattan) et Une Histoire populaire de la Côte d’Azur (Les Amis de la Liberté).
Né à Monaco, Philippe Jérôme est journaliste au quotidien l’Humanité depuis 1999, après avoir collaboré à l’hebdomadaire Le Patriote Côte d’Azur et à diverses publications en France et à l’étranger. Ecrivain, auteur d’une Guide des faits divers de la Côte d’Azur, co-fondateur du club de la Presse Méditerranée 06, il a reçu en 1998 le Prix international de la Presse, décerné par l’Association mondiale des amis de l’enfance (Amade-Unesco).

Le livre est disponible chez "Les Amis de la liberté", Nice.

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara