Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
La conférence d'Abou Dhabi approuve un fonds pour le patrimoine: Sous l'impulsion de Paris et... | via @lemagMaroc https://t.co/O1NcjpzCBz


Khalid Ibrahim Khaled - publié le Mercredi 17 Septembre à 18:29

Algérie : les changements au DRS et les angoisses du chef du Polisario





Selon des sources bien informées à Tindouf, Mohamed Abdelaziz a passé des moments d’angoisse terribles à l’annonce des récents changements dans les services de sécurité et de renseignement militaires algériens, avant d’être rassuré par le maintien du général Toufik, le puissant patron du DRS et véritable tuteur du Polisario.
 
La purge menée par le clan Bouteflika a été ressentie comme un véritable tsunami par le maître du Polisario et ses lieutenants. Les changements ont touché des postes-clefs et se sont traduits par le départ de 11 généraux. C’est ce qui explique les craintes ressenties par Mohamed Abdelaziz, du fait des implications évidentes que risque d’avoir sur le Polisario tout changement important dans la hiérarchie du DRS.
 
A la tête des services secrets algériens depuis de nombreuses années, l’obscur général Mohamed Mediene, alias Toufik, est le mentor authentique du chef du Polisario. Selon les mêmes sources, c’est le général qui choisit les propres lieutenants de Mohamed Abdelaziz. C’est également lui qui veille à écarter tout membre de la direction du Polisario dont il soupçonne des sympathies pour le Maroc, ou des penchants pour le plan marocain d’autonomie au Sahara occidental.
 
Mohamed Abdelaziz sait, de surcroît, qu’il sera à jamais redevable au général Toufik pour le rôle irremplaçable du DRS dans la préparation et l’encadrement des opérations diplomatiques en faveur du Polisario à l’étranger. Les hommes du général se révèlent souvent plus efficaces que certains diplomates algériens eux-mêmes, particulièrement dans les milieux associatifs en Espagne ainsi que dans certains pays africains.
 
Dans la foulée de ces destitutions en série menées d’une main de maître par le clan Bouteflika, la nomination du général Athmane Tartag au poste convoité de conseiller du président, ne semble pas émouvoir outre mesure le chef du Polisario. Car si le général Tartag, ancien numéro 2 du DRS, est le rival déclaré du général Toufik, le maître du Polisario a su quand même garder de bons rapports avec le nouveau conseiller présidentiel.

Source : http://www.polisario-confidentiel.com/

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara