Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


AFP - publié le Samedi 25 Juillet à 10:43

Algérie: changements à la tête de trois importants postes de sécurité



Alger - Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a procédé à des changements à la tête de trois postes clés de l'armée, touchant à la sécurité intérieure et à la sécurité du chef de l'Etat, ont rapporté samedi des médias locaux.



Les patrons du contre-espionnage, de la sécurité présidentielle et de la garde républicaine, tous haut gradés de l'armée algérienne, ont été remplacés vendredi et samedi, ont précisé les quotidiens El Watan et Liberté ainsi que la chaîne de télévision Ennahar.

Les autorités n'ont pas confirmé ces importants remaniements, et il était donc impossible dans l'immédiat de préciser s'il s'agissait de sanctions ou de mises à la retraite.

Seul le journal francophone El Watan a fourni des explications.

Selon le quotidien, les changements sont dus à des "erreurs". Un "accident" se serait produit la semaine dernière quand deux agents chargés de la sécurité présidentielle ont tiré par "négligence" des coups de feu dans la résidence de Zeralda (ouest d'Alger) où se repose le président Abdelaziz Bouteflika, provoquant une panique générale, écrit-il.

Le directeur de la sécurité intérieure (DSI, contre-espionnage), Ali Bendaoud, a été remplacé par un haut gradé des services de sécurité dont l'identité n'a pas été dévoilée, selon les médias. Il était le numéro deux des puissants services de renseignement qu'il a longtemps représenté en Suisse et en France.

Le général Bendaoud avait été nommé à la tête du DSI en septembre 2013 dans la cadre d'une restructuration du Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS).

Le général Ahmed Moulay Meliani a été remplacé à la tête de la garde républicaine par le général Ben Ali Ben Ali, un haut gradé de l'armée, selon plusieurs journaux. Le général Ben Ali dirigeait jusque-là la cinquième région militaire (Constantine-est), ont ajouté les journaux.

Le troisième remaniement touche le service de la direction générale et la sécurité présidentielle: le général Djamel Kehal Medjdoub, en poste depuis dix ans, a été remplacé par le général Nacer Habchi.

Cette direction est chargée de la sécurité personnelle du chef de l'Etat et du palais présidentiel, en étroite collaboration avec la garde républicaine.

Ces changements de taille interviennent au lendemain d'un léger remaniement au sein du gouvernement qui ne concerne pas les principaux ministères.

Réélu pour un quatrième mandat en avril 2014, M. Bouteflika, chef suprême des forces armées et ministre de la Défense, est très affaibli depuis qu'il a été victime d'un AVC en 2013. Il s'exprime difficilement et ne se déplace qu'en fauteuil roulant.

L'opposition réclame régulièrement son départ du pouvoir, estimant qu'il ne peut mener à bien les affaires du pays.

L'armée algérienne est en première ligne dans la lutte contre les groupes jihadistes qui continuent d'endeuiller le pays malgré la mise en oeuvre d'une réconciliation nationale après une décennie de guerre civile qui a fait 200.000 morts dans les années 1990.

Le groupe Al-Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi) a revendiqué le 17 juillet une embuscade contre l'armée au sud-ouest d'Alger qui a fait une dizaine de morts parmi les soldats, l'attaque la plus meurtrière contre les militaires depuis plus d'un an.

Les violences impliquant les islamistes armés ont considérablement baissé d'intensité ces dernières années en Algérie.

Certaines régions comme Boumerdès ou Tizi Ouzou, en Kabylie, à l'est d'Alger, continuent cependant d'enregistrer des attaques attribuées à des groupes se réclamant d'Aqmi ou de l'organisation jihadiste Etat islamique (EI).

               Partager Partager

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara