Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



MAP - publié le Jeudi 22 Juin à 12:04

Alger 'ne peut pas agir comme juge et partie' dans le conflit du Sahara




Rabat - L'Algérie "ne peut pas agir en même temps comme juge et partie" dans le conflit créé autour de la question du Sahara, a affirmé l'ancien Président du gouvernement autonome des Iles Canaries, M. Lorenzo Olarte Cullen.



Olarte Cullen, qui animait mercredi à Rabat une conférence sur le thème "L'expérience d'autonomie espagnole et les perspectives pour les provinces du sud", organisée par l'Association sahraouie des Droits de l'Homme, a souligné que l'Algérie "exerce une influence énorme sur tout ce qui représente le polisario".

"Alger, a-t-il soutenu, veut créer une république sahraouie qui sera un 'Etat marionnette', ce qui lui permettra, par la suite, d'avoir une issue vers l'Atlantique". "Cette porte vers l'océan permettra également à l'Algérie de tirer profit des richesses minérales et halieutiques dont regorgent les provinces du Sud du Maroc", a ajouté Olarte Cullen.

Abordant l'identification des populations Sahraouies, le responsable canarien a relevé que cette opération présente plusieurs difficultés, étant donné que de nombreuses personnes, qui figuraient dans le recensement espagnol de 1975, sont mortes, d'autres, nées ultérieurement, n'ont pas pu y être intégrées, alors que d'autres Sahraouis vivent ailleurs.

Par conséquent, a-t-il poursuivi, "les habitants dans les camps de Tindouf ne constituent qu'une partie de la population sahraouie et le 'polisario' n'est pas le seul représentant de ces populations". Interrogé sur le rôle que pourrait jouer le gouvernement espagnol dans la
recherche d'une solution définitive à la question du Sahara, l'ancien responsable canarien a souligné que l'exécutif central en Espagne "ne devait pas être ambigu" sur ce sujet, rappelant, dans ce cadre, que la position de son pays qui soutient une solution à ce conflit conformément à la légalité internationale et dans le cadre de l'ONU.

Olarte Cullen a, par ailleurs, exprimé la disposition des îles Canaries à abriter toute discussion entre les parties concernées par l'affaire du Sahara,précisant que les Canaries ont une légitimité morale du fait qu'elles jouissent de la sympathie et du respect de toutes les parties. Ont assisté à cette conférence plusieurs représentants de partis politiques, de centrales syndicales, d'associations de droits de l'hommes, ainsi que des parlementaires et des membres du Conseil royal consultatif pour les Affaires sahariennes (CORCAS). Né en 1932,Olarte Cullen était président du gouvernement autonome canarien (de 1988 au 1991), et a été désigné deux fois vice-président de ce gouvernement.

Il est également le fondateur de la fédération des partis politiques (Coalicion Canaria), actuellement la plus grande puissance politique au Parlement et au gouvernement canarien.

               Partager Partager