Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy


MAP - Lemag - publié le Jeudi 6 Mars à 15:54

Alger: Arrestation de manifestants anti-Bouteflika



Alger - Les opposants à la candidature du président algérien Abdelaziz Bouteflika ont organisé, jeudi matin dans le centre de la capitale, une nouvelle manifestation, rapidement dispersée par les forces de l'ordre, a-t-on constaté sur place.



PH Archive
PH Archive
Des dizaines de manifestants contre un quatrième mandat du président sortant ont tenté de se rassembler devant la Faculté centrale, située dans la célèbre rue commerçante de Didouche Mourad, mais leur action n'a pas duré longtemps face au grand déploiement de la police.

Les services de sécurité, qui ont bouclé toute la zone, ont procédé à des interpellations, parfois violentes, des manifestants.

Parmi les personnes interpellées, figurent des journalistes et des militants du mouvement ''Barakat'', constitué tout récemment par des activistes de la société civile opposés à un nouveau mandat du président sortant.

Les initiateurs de ces actions prévoient un grand rassemblement samedi prochain dans le centre de la capitale, avec la probable participation de l'icône de la Révolution algérienne Jamila Bouhired.

Dans une déclaration rendue publique mardi, Amnesty International a dénoncé la "nouvelle vague de répression de la liberté d'expression" en Algérie, estimant que cette attitude "augure mal" de l'élection présidentielle du 17 avril prochain.

Les arrestations de manifestants pacifiques, depuis le début du mois de mars, montrent que les autorités "ne tolèrent pas que l'on puisse oser réclamer des réformes et s'opposer à la décision du président (Bouteflika) de briguer un quatrième mandat à la tête de l'Etat", a souligné l'ONG.

Des dizaines de personnes se sont rassemblées, samedi dernier, à proximité de la Grande Poste, au cœur de la capitale, pour protester contre la présentation du président Abdelaziz Bouteflika au prochain scrutin.

Les forces de l'ordre étaient intervenues, de manière musclée, pour disperser ce sit-in, au cours duquel des manifestants ont brandi des t-shirts avec l'inscription "Non au 4ème mandat".

La violente répression de cette manifestation a été énergiquement condamnée par la classe politique, la société civile et des candidats à la présidentielle, qui ont défendu le droit des citoyens d'exprimer librement leurs opinions.

La Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (LADDH) a estimé que "le comportement du pouvoir indique que ce dernier se considère en état de guerre contre la population algérienne et qu'à ce titre l'union la plus large doit se concrétiser pour débarrasser le pays des clans, quels qu'ils soient, qui entraînent le pays à la dérive".

               Partager Partager


Commentaires

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara