Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



MAP - publié le Mardi 4 Novembre à 08:36

'Al moharrir Al Arabi' critique la position de l'Algérie vis-à-vis de la question du Sahara




Beyrouth - L'hebdomadaire "Al Moharrir Al Arabi"' paraissant à Beyrouth, a critiqué la position de l'Algérie vis-à-vis de la question de l'unité territoriale du Maroc, soulignant qu'à travers son soutien au "polisario", Alger se positionne comme "partie prenante du séparatisme, du morcellement et de la dislocation des rangs".



L'hebdomadaire écrit cette semaine qu' "il est déplorable de constater que l'Algérie, pays du million de martyrs, de la liberté, de l'unité et de l'arabité, soit un foyer pour les partisans du séparatisme".

Le rédacteur en chef politique de la revue souligne que le "polisario" veut, sous l'étiquette de l'indépendance, séparer une partie du Maroc de son organisme, affirmant que le monde arabe a longuement souffert et souffre encore des conséquences de l'émiettement.

La politique arabe de l'Algérie, poursuit l'auteur, "fait le jeu de la division et du morcellement et érige la sécession d'une partie du territoire marocain de la mère-patrie en mot d'ordre pour une indépendance incompréhensible.

L'hebdomadaire souligne que le Sahara est partie intégrante du Maroc et que tout soutien au séparatisme pourrait être invoqué pour fonder les autres appels au séparatisme qui sont latents dans un monde arabe divisé.

Et de conclure qu'il n'est pas à écarter que viendra le jour où certaines populations ou régions de l'Algérie réclameront le séparatisme et l'indépendance", s'interrogeant "si nous devons alors soutenir une telle revendication".

"Il n'est pas permis de se jouer des causes sacrées et des constantes", soutient le journal, notant que "la marocanité du Sahara fait bel et bien partie de ces constates et de ces causes sacrées ".

               Partager Partager


Commentaires