Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
DMN : Fortes pluies parfois orageuses de dimanche après-midi à lundi à... | via @lemagMaroc https://t.co/fMulX9kRJr https://t.co/WIPUGiCK7G


MAP - publié le Mercredi 1 Juin à 09:51

'Addoha" réalise sa 2è cimenterie au Burkina avec une capacité de production de 700.000 tonnes par an



Ouagadougou - Le Groupe marocain "Ciment d’Afrique" (CIMAF), filiale d’Addoha, vient de lancer les travaux de réalisation de sa seconde cimenterie à Bobo-Dioulasso, au Burkina Faso, avec une capacité de production de 700.000 tonnes par an.



La cérémonie de pose de la première de ce projet a été présidée, récemment à Bobo-Dioulasso la capitale économique du Burkina, par le Chef du gouvernement Paul Kaba Thiéba, en présence notamment du PDG du Groupe Addoha, Anas Sefrioui, et de l’ambassadeur du Maroc à Ouagadougou, Farhat Bouazza.

Cette deuxième cimenterie de CIMAF, après celle existant à Ouagadougou, s’étendra sur une superficie de 7,5 hectares dans la nouvelle zone industrielle de Bobo-Dioulasso.

Les travaux de construction vont durer près de 18 mois et vont créer environ 600 emplois au cours de cette phase de réalisation et le premier sac de ciment est attendu en décembre 2017.

L’usine produira chaque année 700.000 tonnes de ciment et va occasionner dans la phase d’exploitation, près de 200 emplois directs et indirects, selon les promoteurs de ce projet qui sera réalisé pour un investissement de 25 millions d’euros, soit 20 milliards de FCFA.

La première cimenterie du Groupe marocain, implantée à Ouagadougou sur une superficie de 7 Ha, a une capacité de production de 500.000T/an pouvant être portée à 1.000.000 de tonnes par an. Le projet avait nécessité 20 milliards de FCFA.

Le premier sac de ciment de l’usine de Ouagadougou, dont les travaux de réalisation avaient démarré le 19 janvier 2013, avait été mis sur le marché en septembre 2014, soit deux mois avant la date prévue.

A partir du Burkina, CIMAF compte exporter une partie de sa production dans la sous-région. 

               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Dépêches | Lemag | Presse | Tribune | Sahara | Focus