Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Appel à renforcer le rôle des jeunes dans le suivi de l’Agenda 2030 à... | via @lemagMaroc https://t.co/CmCOvzqFM2 https://t.co/80Vlht9g1c



Kamal Znidar - publié le Vendredi 24 Janvier à 20:31

Abrogation de l'article 475… Et après ?!




« Lorsqu'une mineure nubile ainsi enlevée ou détournée a épousé son ravisseur, celui-ci ne peut être poursuivi que sur la plainte des personnes ayant qualité pour demander l'annulation du mariage et ne peut être condamné qu'après que cette annulation du mariage a été prononcée », stipulait l'aliéna 2 de l'article 475 du code pénal marocain.



Ce texte qui permettait aux violeurs d'échapper à la justice en cas de mariage avec leurs victimes n'est plus d'actualité. Les députés marocains ont voté, mercredi 22 janvier, en faveur d'un amendement du code pénal afin que l'auteur d'un viol ne puisse plus échapper à la prison en épousant sa victime.

Après le feu vert du gouvernement islamiste et un vote favorable à la Chambre des conseillers en mars 2013, la Chambre des représentants a adopté à l'unanimité, en séance plénière qui a eu lieu mercredi, une proposition de loi abrogeant cet aliéna et en vertu de laquelle « quiconque, sans violences, menaces ou fraudes, enlève ou détourne, ou tente d'enlever ou de détourner, un mineur de moins de dix-huit ans, est passible d'un emprisonnement d'un à cinq ans et d'une amende de 200 à 500 dirhams ».

Cette abrogation a été saluée par les militants des droits humains, les politiciens de l'USFP, du PPS et le PAM, et aussi par Amnesty et la ministre française des droits des femmes et porte-parole du gouvernement français, Najat Vallaud Belkacem. Mais tant qu'au Maroc, on a des familles et des victimes qui refusent de porter plainte contre les violeurs pour éviter le scandale ou la honte, la suppression de l'aliéna 2 de l'article 475 ne servira à rien.

Un changement de lois qui ne s'accompagne pas d'un changement de mentalité ne va jamais empêcher les mariages de réparation. Tant qu'au Maroc, la majorité de nos femmes est obsédée par le mariage et la majorité des hommes est obsédée par la virginité et s'oppose au mariage de la femme divorcée, la veuve et toute femme qui a cessé d'être vierge, l'abrogation de cet aliéna ne va servir à rien.

Ces deux données font "malheureusement" de la femme violée une indésirable qui ne sert qu'à l'exploitation sexuelle hors du cadre mariage. Dans une société qui stigmatise les femmes célibataires, ces deux données mettent la femme violée dans une position de faiblesse et la contraignent d'épouser son violeur pour échapper à l'enfer du célibat.

Entre "rester célibataires" et "épouser leur violeur", les femmes victimes du viol dans notre monde préfèrent "malheureusement" épouser leur violeur. Ces femmes qui préfèrent rester seules voire mourir et ne jamais épouser leur violeur sont en réalité minoritaires. Obsédée par le mariage, la majorité est prête à tout pour mettre fin à sa vie de célibataire.

Ces changements de lois serviront à quelque chose s'ils s'accompagnent d'un changement de mentalité. Et ce changement de mentalité doit commencer par l'école. Dès l'enfance, il faut apprendre à nos enfants l'acceptation des femmes victimes du viol, les femmes divorcées, les veuves, les ex-prostituées et les ex-fornicatrices qui ont fait un repenti sincère.

La meilleure des femmes est la plus noble auprès d'Allah. Et la plus noble auprès d'Allah est la plus pieuse parmi les différentes femmes. La piété n'a pas de degrés copyright des vierges. Pas de degrés de piété accessibles à la vierge et inaccessibles à la non-vierge. Dès que les femmes rentrent dans l'Islam, dès qu'elles font un repenti sincère, elles deviennent pareilles aux yeux d'Allah. Ce qui les différencie, c'est leur degré de piété, les êtres qu'elles sont aujourd'hui et pas ce qu'elles étaient au passé.

En Islam, on a des pieuses et des crasseuses, des sincères et des hypocrites, oui. Mais on n'a pas des musulmanes high-class (les vierges) et des musulmanes de seconde zone (les non-vierges). Ceci est une injustice inventée par les sociétés des injustes, des sociétés qui ne privent pas seulement les prostituées et les fornicatrices qui ont fait un repenti sincère de leur droit au pardon et une seconde chance, mais leur stigmatisation et leur exclusion touchent même les divorcées, les veuves et les victimes du viol.


Tagué : Kamal Znidar

               Partager Partager