Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Marie Brizard Wine & Spirits, veut vendre ses vins et spiritueux,... | via @lemagMaroc https://t.co/RZLvMN1gE2 https://t.co/6OPOAgMKZY



MAP - publié le Vendredi 29 Mai à 17:17

Abdelouahab El Allali : La dépêche du 27 mai de l'AFP sert l'agenda de parties hostiles au développement des relations maroco-françaises




Rabat - La dépêche publiée le 27 mai par l'AFP sous le titre: "Des enquêtes menacent la réconciliation franco-marocaine" sert l'agenda de parties hostiles au développement des relations entre les deux pays, a affirmé Mohamed Abdelouahab El Allali, expert et professeur à l'Institut supérieur de l'information et de la communication (ISIC).



Dans une déclaration à la MAP, M. El Allali a indiqué que la publication de cette dépêche suscite plusieurs interrogations sur les objectifs et intérêts qui motivent ce comportement de l'agence française "qui, à n'en point douter, est en liaison avec des parties hostiles au développement des relations maroco-francaises, notamment à un moment qui coïncide avec la tenue de la 12è réunion de haut niveau France-Maroc".

La publication d'une telle dépêche est une démarche "négative" de la part d'une agence de presse, "surtout que le Maroc et la France ont pu, en un temps record, circonscrire la crise qui a marqué les relations entre les deux pays", a-t-il souligné.

Et d'ajouter que la publication par l'AFP de cette dépêche ne prend pas en considération la place qu'occupe le Maroc en tant que partenaire de premier plan de la France et de modèle unique dans la région MENA en matière de stabilité, de développement, de démocratie, de lutte contre le terrorisme et de coopération dans le domaine de l'émigration.

M. El Allali a, en outre, souligné que les médias français "doivent jouer leur rôle naturel dans le développement du dialogue et le dépassement des crises éphémères, au service des intérêts communs des deux pays".

"Nous avons dépassé le temps où certaines parties avaient la possibilité de nous imposer leurs points de vue et de répandre des stéréotypes négatifs sur notre pays", a-t-il dit, notant que le développement de relations équilibrées est une responsabilité commune et partagée et que les médias doivent œuvrer en faveur de la consolidation des valeurs positives et de la promotion de la coopération entre les deux pays dans divers domaines.

Le règlement des questions en suspens se fait à travers les voies diplomatiques et le dialogue constructif "et non en incitant l'opinion publique française contre le Maroc", a-t-il relevé.


Tagué : Maroc - France

               Partager Partager