Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



Adil Alifriqui - publié le Samedi 18 Août à 11:58

Abdelilah Benkirane boudé par les capitales européennes ?




Rabat : Voila 9 mois que Abdelilah Benkirane a été élu et nommé à la tête de l’exécutif marocain, sans qu’aucune capitale européenne ne l’invite à lui rendre visite.



Abdelilah Benkirane boudé par les capitales européennes ?
Depuis son accession au pouvoir, janvier dernier, Abdelilah Benkirane n’a point été invité dans aucune capitale européenne.

Son unique déplacement sur le vieux continent était à Madrid pour une rencontre informelle avec Mariano Rajoy, informelle !!  Parce que Benkirane était uniquement l’invité d’un Think Tank Catalan pour y donner une conférence à son siège à Barcelone.

Le fait est encore plus inédit, concernant Paris, l’alliée numéro 1 du royaume, où les prédécesseurs de Benkirane avaient d’habitudes droit aux grands honneurs à l’Elysée et à Matignon, Benkirane n’y a pas été invité, selon le journal londonien Al Quds Al Arabi, sa rencontre avec l'ex président Nicolas Sarkozy à Marrakech, aurait été très mal prise par le président socialiste, François Hollande qui y aurait vu, un soutient à une diplomatie parallèle menée par l'ex président, dans sa tentative d'ombrager Hollande.   

A Bruxelles non plus, capitale et siège de la commission de l’UE, premier partenaire économique du royaume, le chef du gouvernement n'a été invité.

Pourquoi Benkirane serait-il boudé par les capitales européennes ?

Nombre d’observateurs tentent d’expliquer, par une multitude de facteurs, cette froideur européenne à l’égard du chef du gouvernement marocain.

D‘abord la crise de l’euro, qui pour nombre de capitales de l’UE, a renvoyé la politique étrangère, et spécialement celle du voisinage méditerranéen, au second rang des priorités.

Le Maroc stable et ne faisant point l’actualité, passe derrière la Syrie à feu et à sang, la Tunisie ou l’Égypte, pays en ébullitions.

La même crise a également, grandement fait atrophier les échanges maroco-européens, réduisant ainsi le poids économique du royaume et son attractivité auprès de ses partenaires et pour les entreprises européennes, avides de contrats.

Et enfin, les capitales européennes, Paris en premier, préféreraient traiter directement avec le palais royalTaieb Fassi Fihri, conseiller royal et ex ministre des affaires étrangères, continuerait à être en charge des grands dossiers diplomatiques du Royaume.



               Partager Partager


Commentaires

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles