Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Italie: référendum à risque, en pleine vague populiste, pour Renzi: Le chef du gouvernement... | via @lemagMaroc https://t.co/JlyujW1Cxy



MAP - publié le Vendredi 7 Novembre à 08:55

Abdelaadim Tber: L'Algérie cherche à instrumentaliser le conflit du Sahara




Doha - L'initiative marocaine pour une large autonomie dans les provinces sahariennes sous la souveraineté marocaine constitue une base essentielle pour la négociation et le dialogue en vue de parvenir à une solution consensuelle, réaliste et définitive pour le conflit artificiel autour du Sahara, a affirmé mercredi l'ambassadeur du Maroc à Doha, Abdelaadim Tber.



La proposition marocaine a bénéficié de l'adhésion des Nations Unies et du conseil de sécurité et d'un large soutien des grandes puissances tels que les Etats Unis, la France et l'Espagne, a-t-il rappelé lors d'une rencontre avec la presse qatarie.

Le diplomate marocain a également évoqué la dernière résolution du conseil de sécurité consacrant les précédentes résolutions recommandant la recherche d'une solution politique pour le conflit et enterrant les anciennes propositions, notamment celles préconisant un référendum, sachant que ce dernier est impossible à organiser.

Après un exposé succinct sur l'histoire du conflit, Tber a rappelé que l'initiative marocaine d'autonomie fait suite à l'impasse dans lequel l'option référendaire était tombée.

L'Algérie cherche, à travers le soutien absolu qu'elle apporte au Polisario, a-t-il ajouté, à contrecarrer les droits du Maroc et à instrumentaliser le conflit pour étendre son hégémonie sur la région et favoriser ses intérêts étroits.

La preuve en est, a-t-il souligné, le discours inchangé que l'Algérie entretient depuis les années soixante-dix, alors que le Maroc a fait évolué sa position vers une solution à ce conflit qui paralyse le processus d'intégration économique de l'Union du Maghreb Arabe (UMA).

Concernant les derniers développements du dossier, le diplomate marocain a rappelé que la dernière résolution du Conseil de sécurité recommande à toutes les parties, y compris l'Algérie, de s'engager dans des négociations sur le fond du problème pour la recherche d'une solution consensuelle.

Quant à la persistance du statu-quo, Tber a souligné que ce sont les populations séquestrées dans les camps de Tindouf, en territoire algérien, qui en paient le prix en ce sens qu'elles vivent dans une situation dont la gravité a été dénoncée par les organisations internationales des droits de l'homme.

L'ambassadeur marocain a enfin évoqué les craintes de voir la région se transformer en foyer pour la prolifération du terrorisme, sachant que le conflit offre un environnement propice pour l'activisme des groupes extrémistes.

               Partager Partager


Commentaires