Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU


Lemag - Agence - publié le Vendredi 13 Juin à 10:48

ANSTS: Le Tabagisme dévaste l'Afrique, le taux de prévalence exploserait d'ici 2030



Dakar - Le taux de prévalence du tabagisme en Afrique augmenterait en passant de 15,8 pc à 39 pc d'ici 2030, si aucune prévention n'est mises en place, a souligné jeudi à Dakar, le président de l'académie nationale des sciences et techniques du Sénégal (ANSTS), Ahmadou Lamine Ndiaye.



Intervenant lors d'une rencontre consacrée au rapport de l'ANSTS sur "le contrôle du tabac en Afrique", Ndiaye, a fait savoir que la consommation du tabac est en diminution dans les pays a revenus élevés, alors que son industrie a tendance à se tourner vers les pays à revenus faibles ou moyens, particulièrement en Afrique, en Asie et en Europe de l'Est où, on assiste à de nouveaux consommateurs.

Et de poursuivre que la "mortalité et la morbidité, causées par la consommation du tabac ou encore par le tabagisme passif, pourraient engendrer des effets dévastateurs sur la santé publique, les efforts de développement ainsi que sur la croissance économique des pays africains".

Pour sa part, le docteur Abdoul Aziz Kassé, président de la ligue sénégalaise de lutte contre le tabac, a mis en garde contre toute forme d'ingérence de l'industrie du tabac dans la définition des politiques de développement en Afrique, insistant sur la nécessité de mettre en œuvre une véritable gouvernance apte à renforcer le processus de lutte contre le tabagisme.

"Le tabac n'est pas seulement un problème de santé public, c'est aussi un problème économique et social, nuisant au développement d'où, a-t-il expliqué, l'impératif de promouvoir une gouvernance devant amener les autorités africaines à s'engager résolument dans un cadre structuré pour juguler ce fléau".

Kassé a, dans ce cadre, préconisé une hausse des taxes appliquées au tabac, pour aboutir à une diminution du nombre de fumeurs et par conséquence, de malades, outre la délimitation d'espaces non-fumeurs.

Le rapport sur le contrôle du tabac en Afrique a été commandité par le Réseau des académies nationales des sciences et techniques d'Afrique (NASAC), qui a réuni un groupe de 16 experts, originaires de 8 pays africains en Ouganda.

               Partager Partager


Commentaires

Fil Info | Lemag | Presse | Tribune | Sahara