Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
Une veille informationnelle sur le festival international du film de Marrakech App #eMarrakech #FIFM2016... https://t.co/34xwOAAqjU



Rahali - publié le Dimanche 31 Juillet à 07:01

A TOUS LES FEVRIERISTES: AU MAROC, LA MONARCHIE EST L'INSTITUTION DU PEUPLE! (DEUXIÈME SALVE)!






Pour tout observateur attentif des affaires marocaines, une analyse judicieuse de la situation politique dans le pays ne doit surtout pas de tomber dans le travers de commettre l'erreur grossière de confondre la personne du roi et l'institution de la royauté ou la commanderie des croyants et la religion elle même!

Si L'ISLAM est le creuset et le ciment de la nation marocaine , la royauté, institution politique multiséculaire, investie d'un rôle social et spirituel fondamental, vénérée mais ne revêtant aucun caractère sacré , est, historiquement, l'épine dorsale de l'état au MAROC! Comparativement ,et au regard des résultats de sa mise en application,le système parlementaire mis au point par la bourgeoisie occidentale a montré ses limites au bout de deux siècles d'usage seulement: il a abouti,en effet, à une impasse institutionnelle réelle du fait qu'il ne permet pas une véritable alternance politique entre les différentes classes sociales. Le pouvoir a fini par être monopolisé par la classe même qui s'est emparée des moyens financiers et économiques;celle-ci ayant au bout du compte pérennisé ad eternam sa mainmise sur l'état en façonnant un habile habillage à cette situation de telle sorte que son emprise totale sur l'état et la société apparaisse, par l'artifice de la votation, comme étant une démocratie ouverte , transparente et dynamique où tout un chacun trouve son propre compte!Et c'est ce subtil tour de passe passe que les marocains cherchent à éviter à leur peuple et à leur pays!Car, au Maroc, la royauté est la "gardienne du temple" (c'est sa vocation originelle).Elle garantit le maintien d'un équilibre entre les classes sociales et veille à la conformité du cadre général de la société aux valeurs de l'ISLAM.Aussi, le souverain(qui n'est que le titulaire momentané du trône) ne doit en aucune façon agir de manière à compromettre l'avenir de l'institution royale:d'une part,en s'interdisant toute implication personnelle ou familiale dans les luttes d'intérêts; et en ne permettant ,d'autre part,la domination d'aucune classe sociale donnée sur l'état ou la société!Avec l'observance des normes coraniques dans l'agencement et le déroulement de la vie sociale, ce sont les conditions sine qua non de tout règne qui est ouvert selon la procédure de la "Beyaa" ou Accord d'investiture institutionnelle ritualisée des représentants de la communauté des croyants au nouveau monarque désigné pour accèder au trône.La destitution éventuelle d'un monarque peut avoir lieu conformément à ces mêmes formes juridiques!
L'efficacité ,la spécificité et la solidité du système politique marocain, peuvent être étayées par des cas concrets et des antécédents historiques.
-1.En1908,le Sultan Moulay ABDELAZIZ,accusé par l'assemblée des oulémas de mauvaise gestion , de dilapidation des deniers publics et d'avoir hypothéqué l'indépendance du pays en contractant des emprunts auprès d'institutions occidentales à des taux usuraires et gagés sur les recettes des douanes nationales, s'est vu détrôné par cette assemblée traditionnelle!
Son successeur Moulay ABDELHAFID dut accepter,préalablement à son intronisation et après que les Oulémas aient estimé sur examen approfondi de son cas qu'il disposait des qualités morales et des capacités personnelles pour assumer la charge à laquelle il était pressenti,de s'engager par écrit à s'en tenir aux termes de la charte conditionnelle qui lui a été présentée et qui lui dictait dans le détail la conduite à tenir dans la les affaires de l'état!
-2.En 1953 ,la résidence française au Maroc ,sur la foi certainement d'avis autorisés" d'experts en affaires indigènes", crut pouvoir proclamer comme Roi du Maroc Ben Arafa en usant de la façade formelle de la procédure d'intronisation et en envoyant en exil le Roi légitime Mohammed V .Elle dut (et avec elle le gouvernement français )faire marche arrière au bout de quelques mois face à la multiplication des tentatives d'assassinat du vieux prince alaouite indûment investi et, plus sérieusement,au risque de généralisation de la guérilla "à la façon d'Abdelkrim au Rif " dans toutes les régions du Royaume pour obtenir le retour sur le trône du Maroc du roi choisi par le peuple marocain(sous la pression des évènements ce retour intervint d'ailleurs avant même que les pourparlers d'Aix les Bains sur la fin du Protectorat français au Maroc ne soient noués...).Le fait le plus notable à souligner,à cet égard,est que la frange gauchisante la plus"occidentalisée" de la société marocaine-dont l'élite universitaire issue des établissements supérieurs français-était à la pointe de ce combat pour le retour du roi légitime:ainsi les Ben Barka, Abdellah Ibrahim,Bouabid..en faisaient partie.
-3.A la veille de l’introduction au Maroc du système colonial occidental d'exploitation économique et d'organisation politique administrative sociale et culturelle,le système traditionnel marocain d'ordre social n'avait pas donné naissance dans les campagnes à une classe de seigneurs de type féodal .L'appropriation individuelle à titre privé et absolu des terres agricoles par voie d'immatriculation à la conservation foncière a été un apport hérétique de la colonisation dans le système foncier marocain; car le mode traditionnel de disposition des terres arables était fondé sur l’éthique coranique selon laquelle la terre étant propriété d'Allah qui en est le créateur et propriétaire originel comme de tous les biens terrestres, l'homme mandataire dépositaire temporaire de ce bien n'avait droit qu'à la jouissance HALAL c'est à dire par une utilisation conforme à la morale religieuse incluant aussi bien les techniques agricoles licites à employer que la procédure de rétribution dite du cinquième des travailleurs utilisés que la quote part fiscale dite Zakat revenant à la collectivité ou encore le prélèvement dû aux nécessiteux "le jour et sur les lieux même de la moisson" prescrit l'injoction coranique!Cet usufruit était obtenu sous le régime juridique de simple concession- exploitation en individuelle/familiale ou selon le procédé des terres collectives ou Habous "terres dédiées par des mécènes à des oeuvres de charité publique".
De même,dans les agglomérations citadines marocaines du temps du protectorat français ,qu'elles soient de type"Médinas" ( à population judéo-musulmane)ou "Villes Nouvelles" (à population franco-européenne),l'accaparement de la fortune et la concentration verticale du capital entre les mains de quelques familles de gros négociants marocains juifs(plus nombreux et plus anciens) ou musulmans(de Fès en particulier) ,étroitement liés à la présence coloniale, sera également comme l'une des conséquences inéluctables de l'instauration du mode de gouvernance occidental au Maroc.Cet embryon d'une classe bourgeoise va essaimer au cours des années post protectorat (pendant lesquelles Hassan II fit du laisser -aller /laisser-faire et d'enrichissez-vous les pièrres angulaires de son long règne:"celui qui ne s'enrichira pas sous mon régne ne pourra jamais le faire à une autre époque " aimait-il à répéter à ses proches).L'ironie dans cette histoire est que cette nouvelle classe de création"hassaniènne" par excellence ne se suffit plus de la fortune mais veut accaparer également le pouvoir et elle entend l'exercer sans partage comme son modèle occidental!Ne soyez donc pas surpris si vous croyez apercevoir une ombre derrière tous les Févrieristes et autres agitateurs de(s) Dimanche(s)!


               Partager Partager


Nouveau commentaire :
Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook, Twitter ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.

Les internautes peuvent signaler des messages qu’ils estiment non conformes à ces Charte de modération en cliquant sur le bouton « Alerter ».

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles