Lemag.ma : Portail d’information dédié au Maroc et au Maghreb
Facebook
Twitter
App Store
Newsletter
Mobile
Rss
DMN : Fortes pluies parfois orageuses de dimanche après-midi à lundi à... | via @lemagMaroc https://t.co/fMulX9kRJr https://t.co/WIPUGiCK7G



Virginie Montet - AFP - publié le Samedi 22 Novembre à 09:33

45 ans après l'assassinat de Kennedy, tout le monde s'inquiète pour la vie d'Obama




Virginie Montet - Washington - Le 22 novembre 1963, le président John Fitzgerald Kennedy, qui avait incarné l'espoir et le changement dans l'histoire politique américaine, était assassiné à Dallas (Texas), trois ans tout juste après son élection à la Maison Blanche.



Samedi, 45 ans jour pour jour après le choc de cet assassinat, l'Amérique préfère se souvenir du charisme et des idéaux de JFK plutôt que de sa fin tragique, alors qu'un jeune président, Barack Obama, premier Noir élu à la Maison Blanche, semble ressusciter ce souffle d'idéal et de changement.

"Tout le monde, de toute évidence, s'inquiète pour la vie d'un président, surtout lorsqu'il est aussi stimulant que Barack Obama", observe James Thurber professeur d'histoire à l'American University.

 Thurber rappelle que l'Amérique s'est montrée violente dans les années 1960 envers ses personnalités exceptionnelles, de JFK à son frère Bob, candidat à la présidentielle tué en 1968 juste après le champion des droits des Noirs, Martin Luther King.

"Je me souviens de cette époque de Kennedy, cela ressemble vraiment à aujourd'hui, sauf que  Obama est peut-être encore plus stimulant dans sa façon de motiver les gens et d'attirer les voix républicaines", affirme l'historien.

Outre Kennedy, trois présidents américains ont été assassinés: Abraham Lincoln, qui a aboli l'esclavage, en 1865, James Garfield, en 1880, et William McKinley en 1900, sans compter les tentatives contre Andrew Jackson, Theodore et Franklin Roosevelt, Gerald Ford ou encore Ronald Reagan.

En ce qui concerne Obama, né neuf mois après l'élection de Kennedy, "tout le monde y pense mais personne n'en parle", reconnaît Allan Lichtman, un autre professeur d'histoire à l'American University. "Cela tient du non-dit, vous ne trouvez rien dans la presse", ajoute  Thurber.

Les menaces sont pourtant là. Dès qu'il a fait surface comme candidat crédible,  Obama a bénéficié d'une protection sans précédent. "On lui a accordé le même niveau de protection qu'à un président", assure Scott Stuart, spécialiste du terrorisme et de la sécurité à l'institut d'étude Stratfor.

Les services secrets "étaient tellement préoccupés qu'on lui a assuré un service de sécurité bien supérieur aux autres candidats", ajoute cet expert.

Deux menaces ont été déjouées, une dans le Colorado (ouest) au moment de la convention démocrate, et une fin octobre dans le Tennessee (sud) où deux jeunes néonazis, soupçonnés d'avoir voulu massacrer des dizaines de Noirs, dont le candidat démocrate, ont été arrêtés.

"Ce que craignent les services de sécurité, ce ne sont pas ces menaces ouvertes, où les protagonistes sont des amateurs, voire des clowns, mais les autres types beaucoup plus discrets et professionnels", affirme  Stuart.

Il rappelle que le groupe raciste Ku Klux Klan prône depuis quelques années "la résistance sans chef" (leaderless resistance), la stratégie "du loup solitaire", impossible à infiltrer, difficile à espionner.

"Les groupes prônant la suprématie blanche sont de toute évidence très préoccupés" par l'élection de  Obama, ajoute-t-il.

"Qu'il soit Noir renforce la crainte de menaces", renchérit Allan Lichtman.
"Il y a encore beaucoup de groupes prônant la haine raciale".

Et le charisme d'Obama accroît son statut de cible, selon les experts.
"Il est charismatique, c'est un personnage déjà historique et il y aurait une explosion de violence (s'il était tué)", assure l'expert en sécurité.

"Si quelqu'un voulait vraiment faire du mal aux Etats-Unis, un groupe terroriste ou un Etat qui ne nous aime pas, cela serait un bon moyen de vraiment blesser l'Amérique", estime  Stuart.


               Partager Partager


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 10:37 L’ETOILE D'OR ne sera jamais marocaine!?

Vendredi 2 Décembre 2016 - 16:17 Ousmane Sow : Le sculpteur qui vient des étoiles